Pourquoi le selfie d'un Pakistanais avec le pape François est devenu viral?

RESEAUX SOCIAUX Le châle posé sur les épaules du pape François a permis de donner de la visibilité à une des minorités religieuses du Pakistan…

F.H. avec AFP

— 

Le 19 mars 2018,  Daniel Bashir, jeune médecin de Karachi, fait un selfie avec le pape François à qui il venait de donner un châle traditionnel «ajrak». Depuis la photo fait le tour des réseaux sociaux.
Le 19 mars 2018, Daniel Bashir, jeune médecin de Karachi, fait un selfie avec le pape François à qui il venait de donner un châle traditionnel «ajrak». Depuis la photo fait le tour des réseaux sociaux. — HANDOUT / Daniel Bashir / AFP

Un selfie, un châle et c’est la notoriété. Le 19 mars 2018, Daniel Bashir, 26 ans, a rencontré le pape François lors d’une réunion de jeunes du monde entier au Vatican. A cette occasion, ce jeune médecin de Karachi lui a donné un châle traditionnel « ajrak » imprimé dans sa province de Sindh, au sud-est du Pakistan. Le souverain pontife s’est aussitôt drapé les épaules et la photo a été prise. Depuis, celle-ci est devenue virale et le sort des minorités du Pakistan est évoqué.

« Mon cœur est empli de joie » a écrit Bashir en postant la photo sur Facebook. Avec le pape, a-t-il raconté, ils ont évoqué le sort des minorités religieuses du Pakistan​, pays de 200 millions d’habitants dont les Musulmans constituent plus de 90 % et les chrétiens, 2 % environ.

Daniel Bashir envisage de rejoindre l’Eglise désormais

Longtemps persécutée et discriminée, cette minorité se voit généralement reléguée aux tâches subalternes et mal payées. Elle est aussi régulièrement la cible d’attaques pour blasphème.

Début avril, quatre chrétiens ont été tués par balles dans un attentat revendiqué par le groupe Etat islamique dans la ville de Quetta (sud-ouest), juste après Pâques. Quelques jours avant Noël, le même groupe avait provoqué une attaque suicide dans une église faisant huit morts.

Sa rencontre avec le pape a tellement marqué Daniel Bashir que le jeune homme envisage d’abandonner de se spécialiser en neurochirurgie pour entrer au séminaire rejoindre l’Eglise. De son côté le pape lui a affirmé « prier chaque jour pour le Pakistan », a ajouté le jeune homme.