Philippines: L’île de Boracay, qualifiée par le président de «fosse septique», interdite aux touristes

TOURISME L’île attire pourtant chaque année environ deux millions de visiteurs et génère un milliard de dollars pour l’économie philippine…

20 Minutes avec agences

— 

L'île de Boracay aux Philippines va être fermée aux touristes pour une durée maximale de six mois.
L'île de Boracay aux Philippines va être fermée aux touristes pour une durée maximale de six mois. — Aaron Favila/AP/SIPA

L’île de Boracay serait devenue une « fosse septique » selon le président Rodrigo Duterte, en raison des négligences des bars et des hôtels. Et la mesure prise par les Philippines est à la hauteur des propos de son chef d’Etat.

Cette destination prisée va être interdite aux touristes à compter du 26 avril pour une durée maximale de six mois, a annoncé son porte-parole Harry Roque, mercredi sur Twitter.

Une eau qui sent « la merde »

« Boracay est connue dans notre Nation comme un paradis et cette fermeture temporaire vise à permettre que les générations futures le connaîtront également », a expliqué le lendemain Harry Roque aux journalistes.

Rodrigo Duterte avait en février accusé les hôtels et bars de l’île de déverser directement leurs eaux usées dans la mer qui se serait transformée en « fosse septique » qui sent « la merde ». Le ministère de l’Environnement avait, lui, affirmé que 195 commerces et 4.000 particuliers de l’île n’étaient pas connectés aux réseaux d’égouts.

De nouveaux réseaux d’assainissement

« Nous allons transmettre des consignes sur la façon d’empêcher les touristes d’entrer (sur l’île), à commencer par le port », a déclaré jeudi aux journalistes le ministre adjoint de l’Intérieur Epimaco Densing. « Qu’ils soient étrangers ou philippins, ils ne seront pas autorisés à se rendre sur l’île. »

Les autorités ont donc affirmé qu’elles mettraient la « fermeture » de l’île à profit pour construire de nouveaux réseaux d’assainissement, détruire des constructions érigées sur des marais et poursuivre des responsables locaux et des entrepreneurs qui ont enfreint les normes environnementales.

Une activité déjà en baisse

Mais la décision risque d’avoir des conséquences désastreuses alors que le lieu accueille deux millions de visiteurs et génère un milliard de dollars pour l’économie philippine. L’île, qui abrite déjà plus de 500 hôtels, emploie 17.000 personnes, sans compter les 11.000 employés du secteur de la construction qui travaillent sur de nouveaux projets.

« Il est injuste que les établissements en règle soient affectés par la fermeture », a ainsi estimé la directrice générale de la Fondation Pia Miraflores, affirmant que l’activité avait baissé avant même l’annonce de l’interdiction. Des compagnies aériennes ont également annoncé qu’elles réduiraient leur nombre de vols.

>> A lire aussi : VIDÉO. Philippines: Le volcan Mayon crache des fontaines de lave de 600 mètres de haut

>> A lire aussi : Philippines: Une tempête balaye le sud du pays et fait plus de 200 morts

>> A lire aussi : Le président philippin Rodrigo Duterte affirme avoir poignardé quelqu'un à mort