Affaire Skripal: L'état de santé de l'ex-espion russe s'améliore «rapidement», explique l'hôpital

ATTAQUE CHIMIQUE Sa fille, Ioulia Skripal, contaminée elle aussi, a affirmé à la police qu’elle allait « de mieux en mieux »…

20 Minutes avec AFP

— 

La police scientifique et l'armée à la recherche d'indices près du lieu de l'attaque, le 23 mars 2018.
La police scientifique et l'armée à la recherche d'indices près du lieu de l'attaque, le 23 mars 2018. — Adam Gerrard/MIRRORPIX/SIPA

Sergueï Skripal va mieux. L’état de santé de l'ex-espion russe empoisonné au Novitchok « s’améliore rapidement », a annoncé ce vendredi l’hôpital.

L’ex-agent double de 66 ans « répond bien au traitement, son état de santé s’améliore rapidement, il n’est plus dans un état critique », ont déclaré les médecins de l’hôpital de Salisbury, au Royaume-Uni. L'état de santé de sa fille de 33 ans, Ioulia Skripal, elle aussi hospitalisée, s’améliore « quotidiennement », a précisé une médecin, Christine Blanshard. « Elle attend avec impatience le jour où elle pourra sortir de l’hôpital ».

L’affrontement continue entre Moscou et Londres

Montrée du doigt, Moscou, qui a explicitement accusé les services secrets britanniques et américains de se trouver derrière cette attaque, reste de son côté ferme dans ses démentis. Le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov a accusé vendredi Londres de « chercher fébrilement et frénétiquement chaque jour une quelconque confirmation de leur position indéfendable ».

La confrontation entre Moscou et les Occidentaux a continué jeudi à l’ONU, où la Russie a accusé Londres de mener une campagne pour « discréditer » Moscou et « d’accuser sans preuve ».

>> A lire aussi : Affaire Skripal. Les animaux domestiques de l'ex-espion retrouvés morts

>> A lire aussi : VX, polonium, dioxine... L’empoisonnement, un classique pour écarter des opposants et des espions

>> A lire aussi : Londres rouvre 14 enquêtes sur des morts suspectes