Affaire Skripal: Réunion de l'OIAC mercredi

ESPIONNAGE Sergueï Skripal a été empoisonné avec sa fille Ioulia le 4 mars à Salisbury, en Angleterre…

20 Minutes avec AFP

— 

Les enquêteurs dans le jardin de Sergueï Skripal, le 22 mars 2018.
Les enquêteurs dans le jardin de Sergueï Skripal, le 22 mars 2018. — Geoff CADDICK / AFP

Les allégations de la Grande-Bretagne contre la Russie, accusée d’être responsable de l'empoisonnement de l'ex-espion russe Sergueï Skripal, feront l’objet mercredi de discussions lors de la réunion la l’Organisation pour l’interdiction des armes chimiques (OIAC), a annoncé cette dernière.

Le président du Conseil exécutif a reçu une demande du représentant permanent de la Russie pour convoquer une réunion extraordinaire « en rapport avec l’incident de Salisbury », en Angleterre, selon un document publié ce mardi par l’OIAC. La réunion débutera à 10h00 (08h00 GMT) au siège de l’OIAC à La Haye.

La responsabilité de Moscou « seule explication plausible »

Sergueï Skripal a été empoisonné avec sa fille Ioulia le 4 mars à Salisbury, en Angleterre, avec un agent innervant issu, selon les autorités britanniques, d’un programme chimique nucléaire soviétique.

Londres estime que la responsabilité de Moscou dans cet empoisonnement est « la seule explication plausible », malgré les dénégations répétées de Moscou.

>> A lire aussi : Après l'expulsion de quatre diplomates russes par Paris, Moscou expulse à son tour quatre diplomates français

Le chef de la diplomatie russe Sergueï Lavrov a insinué lundi que Londres pourrait être derrière l’empoisonnement, ayant « intérêt » en raison du Brexit.

Le représentant de la Russie auprès de l’OIAC, Alexander Shulgin, a demandé la tenue d’une réunion pour « soulever les allégations de non-respect de la Convention par un Etat partie contre un autre Etat partie concernant l’incident de Salisbury ».

« Nous demandons que ce point de l’ordre du jour ou une partie de celui-ci soit discuté par le Conseil lors d’une séance confidentielle », a indiqué Alexander Shulgin dans une lettre datée de jeudi dernier.