Corée du Nord: Les chanteuses de K-pop invitées à Pyongyang coupées à la télé nationale

COREE DU NORD Les téléspectateurs nord-coréens ont dû se contenter d'un résumé de cinq minutes qui a omis la présence des stars sud-coréennes du groupe Red Velvet...

M.C.
— 
Le groupe de K-pop Red Velvet à Pyongyang, le 1er avril 2018.
Le groupe de K-pop Red Velvet à Pyongyang, le 1er avril 2018. — Yonhap News/NEWSCOM/SIPA

La détente, oui mais il y a des limites. La Corée du Nord, qui a accueilli plusieurs artistes venus du Sud pour un concert exceptionnel dimanche, le premier depuis plus de dix ans, a cependant livré un compte rendu minimaliste de l’événement à la télévision, rapporte l’agence japonaise Jiji.

>> A lire aussi : Kim Jong-un assiste à un concert d'artistes sud-coréens à Pyongyang

Lundi, la Télévision centrale coréenne, l’une des trois chaînes télé nationales de la Corée du Nord, a brièvement évoqué l’événement qui s’est déroulé la veille dans le grand théâtre de Pyongyang Est, d’une capacité de 1.500 places. La composition du public n’est pas précisément connue, souligne le quotidien sud-coréen Joong-ang Ilbo, alors que la consommation de biens culturels sud-coréens est punie de prison au Nord.

Kim Jong-un parle avec les membres de la délégation artistique sud-coréenne dont le groupe Red Velvet, à Pyongyang le 1er avril 2018.
Kim Jong-un parle avec les membres de la délégation artistique sud-coréenne dont le groupe Red Velvet, à Pyongyang le 1er avril 2018. - AP/SIPA

 

La « crainte de voir la culture sud-coréenne se propager au Nord »

Tous les autres Nord-coréens ont dû se contenter d’un résumé de cinq minutes à la télévision qui a souligné la présence dans le public de Kim Jong-un et de son épouse, ainsi que la performance du chanteur sud-coréen Cho Yong-pil, dont Kim Jong-il, le père du dirigeant actuel, était réputé être un fan. Le compte-rendu a en revanche soigneusement omis, selon Jiji, la prestation du groupe de K-pop féminin Red Velvet, l’un des plus en vue au sud de la péninsule.

« C’est sans doute dû à la crainte de voir la culture sud-coréenne se propager au Nord », estime un chercheur cité par l’agence. « Les chansons sud-coréennes sont très populaires parmi la jeunesse de Corée du Nord. C’est certainement pour éviter que les paroles et la musique ne se répandent », ainsi que l’idéologie capitaliste, analyse Ahn Chan-il, qui dirige l’Institut mondial détudes nord-coréennes et a lui-même fait défection en 1979.

Selon lui, Kim Jong-un n’a fait que rendre la politesse au président sud-coréen Moon Jae-in, qui avait assisté en février au concert de l’orchestre nord-coréen de Samjiyon, mais il ne souhaiterait pas pour autant que la culture sud-coréenne pénètre davantage au Nord. Selon le chef de la délégation sud-coréenne, le leader nord-coréen aurait cependant « manifesté un grand intérêt pour les chansons et les paroles ».