Corée du Nord: Kim Jong-un rencontrera le président sud-coréen fin avril, avant Donald Trump, Shinzo Abe et Vladimir Poutine?

COREE DU NORD Après la visite en Chine du dirigeant nord-coréen, des rencontres au sommet avec ceux de plusieurs autres pays ont été évoquées...

M.C.
— 
Kim Jong-un
Kim Jong-un — Wong Maye-E/AP/SIPA

La date a été fixée ce jeudi: la rencontre rarissime entre dirigeants des Corée du Nord et du Sud, la troisième seulement du genre, aura lieu le 27 avril. Le sommet entre Kim Jong-un et Moon Jae-in, qui aura lieu dans la Zone démilitarisée (DMZ) divisant la péninsule, pourrait bien précéder d'autres affiches tout aussi inhabituelles.

>> A lire aussi : En train blindé ou en avion, des décennies d’excursions étrangères des Kim

La rencontre Kim-Trump toujours envisagée en mai

Lors de sa récente visite à Pékin, Kim Jong-un aurait redit sa volonté de tenir un sommet historique avec Donald Trump, après des mois de menaces de guerre entre les deux pays autour du programme nucléaire nord-coréen. En réaction, Donald Trump a rapporté avoir reçu la veille un message du président chinois Xi Jinping selon lequel Kim Jong-un avait hâte de le rencontrer.

>> A lire aussi : Kim Jong-un s'est bien rendu à Pékin et serait «en faveur de la dénucléarisation»

Le sommet Trump-Kim a été annoncé de sources sud-coréenne et américaine mais pas encore confirmé de source nord-coréenne. Selon Séoul, il pourrait se dérouler fin mai, mais ni le lieu ni la date exacte de la rencontre n'ont encore été annoncés.

Le Japon et la Russie en juin?

Selon le quotidien japonais Asahi, Tokyo aurait sondé le gouvernement nord-coréen en vue d'un sommet bilatéral, Pyongyang évoquant la possibilité d'une rencontre entre les dirigeants des deux pays. Le gouvernement japonais a confirmé avoir été en contact avec la Corée du Nord, sans apporter de précision. La même source rapporte que Pyongyang envisagerait aussi un sommet avec la Russie.

La réunion Corée du Nord - Japon aurait notamment pour thème le sort des ressortissants japonais enlevés par Pyongyang au cours des dernières décennies. L'entrevue entre Shinzo Abe et Kim Jong-un dépendra cependant de la teneur des rencontres précédentes du dirigeant nord-coréen, en particulier avec Donald Trump, avertit un élu de la majorité au Parlement japonais auprès de l'agence Reuters.