VIDEO. Affaire Skripal: L'ex-espion empoisonné via sa porte d'entrée

ENQUETE C'est là que se trouvait la plus forte concentration de l'agent innervant...

20 Minutes avec AFP

— 

La police scientifique britannique a fait des prélèvements au domicile de l'ex-espion Sergueï Skripal, à Salisbury.
La police scientifique britannique a fait des prélèvements au domicile de l'ex-espion Sergueï Skripal, à Salisbury. — Adam Gerrard/Mirrorpix/SIPA

Comment s’assurer que Sergueï Skripal entrerait en contact avec l’agent innervant ? En le badigeonnant sur la poignée de la porte d’entrée de son domicile, semble-t-il. Mercredi, Scotland Yard a fait un point sur l’enquête, révélant que la plus forte concentration de l’agent neurotoxique via lequel l’ex-agent double russe et sa fille ont été empoisonnés avait été retrouvée « sur le devant » de la porte d’entrée de leur maison, à Salisbury. Sergueï Skripal et sa fille Ioulia sont toujours hospitalisés dans le coma et leur état ne semble pas s’améliorer.

« Des traces de l’agent innervant ont été trouvées dans d’autres lieux sur lesquels les enquêteurs ont travaillé ces dernières semaines, mais à des concentrations plus faibles que celle trouvée à son domicile », a précisé Dean Haydon de la police londonienne.

L’enquête pourrait prendre des mois

Les enquêteurs avaient déjà mis sous scellés un banc sur lequel les deux victimes avaient été retrouvées, un pub et un restaurant où ils s’étaient rendus, ainsi que la tombe de la femme de Sergueï Skripal. L’enquête, qui implique quelque 250 spécialistes, pourrait prendre des mois. Jeudi, un juge britannique a annoncé avoir autorisé des prélèvements de sang sur l’ex-espion russe et sa fille pour les transmettre aux experts de l’Organisation pour l’interdiction des armes chimiques (OIAC).

Environ 500 témoins ont été identifiés par les enquêteurs et la police examine plus de 5.000 heures de vidéosurveillance. « Ceux qui habitent dans le quartier des Skripal peuvent s’attendre à voir des policiers y faire des recherches, mais je veux réaffirmer que les risques sont très faibles et que ces recherches sont faites par précaution », a ajouté Dean Haydon.

Nick Bailey, le policier contaminé par le gaz innervant a pu quitter l’hôpital jeudi. Il était l’un des premiers à être intervenus pour secourir Skripal et sa fille, retrouvés inconscients sur un banc public à Salisbury.

Représailles diplomatiques

Londres a accusé la Russie d’être responsable de l’empoisonnement de Sergueï Skripal et de sa fille, ce que nie Moscou. Emboîtant le pas au Royaume-Uni, qui avait expulsé 23 diplomates russes en guise de représailles, plus de vingt-cinq pays ont annoncé depuis le début de la semaine des mesures similaires, auxquelles la Russie a promis de riposter.

Les Etats-Unis ont notamment décidé d’expulser 60 diplomates russes, soit selon Washington, « la plus importante expulsion » d'« espions » russes de l’Histoire. Au total, plus de 140 diplomates russes en Europe, en Amérique du Nord, en Ukraine ou en Australie vont devoir quitter leur poste.