Maroc: Une vidéo d'une agression sexuelle en plein jour suscite l'indignation

SOCIETE Les images, filmées par une personne qui n’intervient pas, montrent une adolescente plaquée à terre par un jeune homme qui la déshabille de force…

20 Minutes avec AFP

— 

Des manifestants ont dénoncé les violences sexuelles faites aux femmes à Casablance en août 2017
Des manifestants ont dénoncé les violences sexuelles faites aux femmes à Casablance en août 2017 — STRINGER / AFP

Indignation au Maroc. Une vidéo montrant une agression sexuelle en plein jour, diffusée mardi sur les réseaux sociaux, a suscité une tempête de réactions dans le royaume, où une enquête est en cours pour identifier l’auteur.

Les images, filmées par une personne qui n’intervient pas, montrent une adolescente plaquée à terre par un jeune homme qui la déshabille de force et lui touche des parties intimes de son corps.

« N’as-tu pas de sœur ? »

« N’as-tu pas de sœur ? », demande, en pleurs, la victime, qui se débat et pousse des cris de détresse. La vidéo d’environ une minute ne permet pas de déterminer où l’agression a eu lieu, ni quand.

« Une scène d’une rare violence » et « des images atroces », écrit la presse locale, qui tire régulièrement la sonnette d’alarme sur le phénomène du harcèlement des femmes dans l’espace public.

>> A lire aussi : Quel rôle pour les réseaux sociaux dans l'agression sexuelle collective d'une femme dans un bus ?

La Direction générale de la sûreté nationale au Maroc a annoncé dans un communiqué qu’une enquête était en cours pour « identifier l’agresseur » et « déterminer l’heure et le lieu où cet acte criminel a été commis ».

Plusieurs cas d’agressions défrayent la chronique

Ces dernières années, plusieurs cas d’agressions sexuelles ont défrayé la chronique au Maroc, notamment une agression sexuelle collective contre une jeune femme dans un bus à Casablanca, dont la vidéo avait été diffusée en août.

Après des années de vifs débats, le Parlement marocain a définitivement adopté à la mi-février une loi contre les violences faites aux femmes, qui incrimine pour la première fois « certains actes considérés comme des formes de harcèlement, d’agression, d’exploitation sexuelle ou de mauvais traitement ».

>> A lire aussi : Au Maroc, «les femmes risquent leur vie en utilisant les autobus»

Le texte a toutefois été jugé « insuffisant » par les mouvements de défense des droits des femmes, qui appellent à plus de fermeté face à ce fléau.