VIDEO. Donald Trump dément «fermement» avoir eu une liaison avec Stormy Daniels

ETATS-UNIS Alors que la pornstar affirme avoir été menacée, son avocat fait du teasing sur des preuves potentielles...

P.B.

— 

La star du porno Stormy Daniels affirme avoir eu une relation sexuelle avec le président américain Donald Trump.
La star du porno Stormy Daniels affirme avoir eu une relation sexuelle avec le président américain Donald Trump. — Matt Sayles/AP/SIPA

La Maison Blanche persiste. Le président Donald Trump dément « fermement et clairement » avoir eu une liaison avec l’actrice porno Stormy Daniels, a répété lundi le porte-parole Raj Shah. Selon lui, le président ne « croit aucune affirmation » faite par Daniels dans l’émission 60 Minutes, dimanche, notamment celle sur des menaces qu’elle dit avoir subies pour garder le silence. « Il n’y a aucun élément pour corroborer ses dires », insiste la Maison Blanche.

A ce stade, on en reste au stade de parole contre parole, mais cela pourrait bientôt changer. « Nous avons une grande quantité de preuves. Elles vont être dévoilées et les citoyens américains pourront juger », a promis lundi matin Michael Avenatti, l’avocat de l’ex-star du X. Sur Twitter, il avait fait du teasing la semaine dernière, publiant une photo d’un DVD dans un coffre-fort, avec le message suivant : « Si une photo vaut mille mots, combien est-ce que cela vaut ? ».

Loi sur le financement électoral

Pour Donald Trump, ces potins ne représentent pas une véritable menace. En revanche, des élus démocrates ont à nouveau réclamé l’ouverture d’une enquête sur le versement de 130.000 dollars àStormy Daniels effectué par l’avocat de Donald Trump juste avant l’élection de 2016. En échance, elle avait signé une clause de confidentialité. « Le peuple américain a le droit de savoir si le président des Etats-Unis a enfreint la loi sur le financement électoral pour faire taire une actrice X avec qui il a eu une relation extraconjugale », écrit la représentante du Minnesota Betty McCollum.

Il y a un précédent. John Edwards, l’ancien candidat démocrate à la présidentielle, avait été inculpé en 2011 pour un paiement effectué par de généreux donateurs à sa maîtresse enceinte afin d’étouffer leur liaison. Le procès s’était toutefois achevé sans condamnation, avec un jury divisé.