VIDEO. Souffrance animale: Des cochons maltraités dans la chaîne de fabrication du jambon de Parme

ELEVAGE Les vidéos, publiées par l’association belge Gaia, montrent des cochons à la queue coupée vivant dans des conditions d’hygiène déplorables…

L.Br.

— 

Une élevage de cochons en France (image d'illustration).
Une élevage de cochons en France (image d'illustration). — Alain ROBERT/Apercu/SIPA

Conditions de vie épouvantables, manque d’hygiène… L’association belge de défense des animaux Gaia révèle des images choc sur la fabrication du jambon de Parme, dans des élevages de porcs italiens.

Les vidéos publiées ce lundi par l’association montrent des cochons malades, parfois gravement, et des conditions d’hygiène déplorables. Ces images ont été tournées au nord de l’Italie, en Lombardie, dans six élevages dédiés à la fabrication du jambon de Parme, indique le journal belge Le Soir. Chacun abrite entre 3.000 et 10.000 cochons. L’organisation note que, sur certaines images, les animaux sont retenus dans des stalles illégales, interdites dans l’Union européenne depuis 2013 car les animaux ne peuvent pas se retourner.

L’association appelle au boycott

« On y voit clairement que la majorité des cochons (de tous les âges) ont subi une ablation de la queue. La coupe routinière de la queue est pourtant une pratique interdite depuis plus de 20 ans dans l’Union européenne », déplore Michel Vandenbosch, le président de Gaia.

>> A lire aussi : VIDEO. Souffrance animale. Sébastien Arsac, le Mr investigation de L214, n’est pas près de s’assagir

Gaia en appelle aux consommateurs et leur demande de boycotter le jambon de Parme dans les supermarchés. L’association de défense des animaux interpelle également les grandes surfaces pour leur demander d’arrêter de proposer ces produits à leurs clients. « Le jambon de Parme est le résultat d’une grave souffrance animale », dénonce Michel Vandenbosch. « Il est grand temps que les consommateurs ouvrent les yeux : le jambon de Parme n’a rien d’un produit prestigieux. »

La filière défend ses produits

L’organisation demande également à ce que le bien-être animal soit pris en compte dans les critères du système de subventions européennes. L’Union européenne en distribue sept millions chaque année au secteur. Le Consortium du Jambon de Parme, qui représente les acteurs de la filière en Italie, a répondu à ses accusations.

D’après l’organisation, l’action de Gaia ne vise pas à protéger les animaux mais à s’attaquer à la marque. « Depuis plusieurs années, une campagne de dénigrement et de diffamation est mise en œuvre contre le jambon de Parme, menée par plusieurs associations animalistes qui, périodiquement et de façon systématique, diffusent des images choquantes en invitant le consommateur à ne plus acheter notre produit », explique-t-il dans les colonnes du journal Le Soir.

>> A lire aussi : Les réseaux sociaux, la nouvelle arme de séduction et de défense des agriculteurs

Aucun des producteurs n’a été poursuivi pour maltraitance, assure le Consortium, qui invite les auteurs des images à saisir une autorité judiciaire. L’organisme italien rappelle également qu’il respecte les normes européennes et nationales sur le bien-être animal, contrôlées par le ministre de la Santé italien.