VIDEO. Royaume-Uni: Un lanceur d'alertes accuse la campagne du Brexit d'avoir enfreint les règles de financement

BREXIT Boris Johnson, fer de lance de la campagne pour le Brexit, a qualifié les accusations de « ridicules »…

M.C.

— 

Le lanceur d'alertes Shamir Sanni sur la chaîne britannique Channel 4.
Le lanceur d'alertes Shamir Sanni sur la chaîne britannique Channel 4. — Channel 4

Des allégations « ridicules », a réagi Boris Johnson, fer de lance de la campagne pour le Brexit et ministre britannique des Affaires étrangères. Son camp est accusé par un lanceur d’alertes d’avoir enfreint les règles de financement lors de la campagne électorale pour le référendum sur la sortie de l’Union européenne en 2016.

«Nous allons faire le Brexit sur des mensonges, de la triche, une arnaque. Qu'est-ce que ça dit de notre processus démocratique?», s'interroge Shamir Sanni sur Channel 4. Le lanceur d’alertes affirme que Vote Leave, le principal groupe ayant mené la campagne pour le Brexit, avait versé des fonds à un groupe plus petit avec lequel il avait des liens, appelé BeLeave (pour lequel travaillait Shamir Sanni), afin d’éviter de dépasser le plafond légal des dépenses. La loi électorale britannique interdit la coordination entre des campagnes supposées être indépendantes.

>> A lire aussi : Un passeport britannique «made in France» pour les Anglais après leur sortie de l'UE

Shamir Sanni, un Britannique d’origine pakistanaise, accuse également le responsable de Vote Leave, devenu secrétaire politique de Theresa May, d’avoir révélé son homosexualité, ce qui pourrait mettre en danger sa famille au Pakistan.

Une donation de 625.000 livres sterling à un petit groupe pro-Brexit

Boris Johnson a condamné et qualifié de « totalement ridicules » ces affirmations, rapportées par le journal The Observer et la chaîne d’information télévisée Channel 4 News. « #VoteLeave a gagné de manière honnête - et légalement. Nous quittons l’Union européenne dans un an », a écrit le ministre sur Twitter.

Selon les informations diffusées par The Observer et Channel 4 News, Vote Leave était proche de la limite légale de 7 millions de livres sterling (8 millions d’euros) quand il a fait une donation de 625.000 livres sterling à BeLeave dans les derniers jours de la campagne référendaire.

Shahmir Sanni a affirmé que Vote Leave était très impliqué dans le travail du groupe et qu'« ils ont utilisé BeLeave pour dépasser le plafond des dépenses, et pas juste pour un petit montant ». « Ils ont dit que ce n’était pas coordonné mais ça l’était », a affirmé Shahmir Sanni à Channel 4 News.

>> A lire aussi : Le Royaume-Uni et l'Union européenne valident un accord sur la période de transition

Vote Leave a nié ces accusations, répondant que la Commission électorale avait statué par deux fois en faveur du groupe sur ce point. Un porte-parole de la Commission électorale a déclaré qu'« elle ne commentait pas des enquêtes en cours ».