Italie: Emotion après la mort d’une migrante enceinte restée avec son mari bloqué à la frontière française

MONDE Une information judiciaire a été ouverte en Italie après le décès d’une migrante nigériane enceinte qui avait tenté de passer la frontière française, début février…

Floréal Hernandez

— 

Poste de frontière entre la France et l'Italie. (Illustration)
Poste de frontière entre la France et l'Italie. (Illustration) — JEAN CHRISTOPHE MAGNENET / AFP

Souffrant d’un lymphome, Beauty, une migrante nigériane de 31 ans, a voulu rejoindre la France le 9 février pour terminer sa grossesse auprès de sa sœur. La jeune femme et son mari, qui vivaient près de Naples, ont été bloqués à la frontière française par des gendarmes.

> A lire aussi: L'accueil de réfugiés peut «bien se passer, à condition de mettre les moyens humains»

Alors que Beauty était alors enceinte de 6 mois et peinait à respirer à cause du lymphome, les gendarmes l’ont juste déposée en pleine nuit devant la gare de Bardonnecchia, selon Rainbow4Africa. Si le bébé de Beauty – Israël né grand prématuré à 29 semaines par césarienne – se porte plutôt bien, selon les médecins, la jeune femme est, elle, décédée la semaine dernière dans un hôpital de Turin.

Autorisée à entrer mais pas son mari

Une information judiciaire a été ouverte samedi à Turin après la mort de la trentenaire nigériane, rapportent la presse et des associations italiennes.

Le mari a ensuite précisé à des médias italiens que c’est lui qui avait été bloqué à la frontière, et que Beauty, autorisée à entrer en France, avait choisi de rester avec lui.

>> A lire aussi: «Est-ce que vous feriez ça à votre propre femme?» Le migrant dont l'épouse a accouché après un contrôle témoigne

L’histoire est largement reprise dans les médias italiens, qui rappellent les déboires en France d’un bénévole convoqué après avoir porté assistance à une famille nigériane, dont une femme enceinte. Selon ce bénévole, Benoît Ducros, les douaniers français ont tardé à appeler les pompiers pour aider la femme et ont aussi envisagé un temps de renvoyer le père et deux enfants de 2 et 5 ans en Italie.