Pologne: Des milliers de personnes manifestent contre un projet de loi anti-avortement

OPPOSITION Les organisations féministes avaient déjà réussi en 2016 à obtenir le rejet d’un projet de loi destiné à durcir la loi anti-avortement…

Manon Aublanc

— 

Une manifestation contre un projet de loi anti-avortement a réuni des milliers de personnes en Pologne, le 23 mars 2018.
Une manifestation contre un projet de loi anti-avortement a réuni des milliers de personnes en Pologne, le 23 mars 2018. — Wojtek RADWANSKI / AFP

Les Polonais sont descendus dans la rue par milliers ce vendredi pour participer à des manifestations de « vendredi noir », contre un projet de loi destiné à durcir la loi anti-avortement, déjà parmi les plus restrictives d’Europe, ont constaté des journalistes de l’AFP.

Plus tôt dans la journée, le commissaire aux droits de l'Homme du Conseil de l'Europe, Nils Muiznieks, a averti la Pologne que ce projet interdisant l’avortement en cas de malformation du fœtus est incompatible avec les engagements du pays en matière de droits de l’Homme.

>> A lire aussi : Pologne: une couverture de journal pro-avortement suscite des critiques

Les manifestants, femmes et hommes, ont répondu présent aux organisations féministes, à l’origine de ce « vendredi noir », pour entamer devant le Parlement une marche qui doit aboutir devant le siège du parti conservateur Droit et Justice (PiS) favorable à ce projet. Une autre manifestation a débuté parallèlement devant le siège de l’archevêché de Varsovie, s’arrêtant au passage devant toutes les églises, pour dénoncer la pression exercée par l’épiscopat catholique de Pologne sur les hommes politiques.

L’IVG autorisée seulement en cas de risque pour la vie ou de viol

Si le texte présenté par le comité Stop Avortement est adopté par le Parlement, ce qui apparaît possible, l'IVG ne sera plus autorisée que dans deux cas : risque pour la vie ou la santé de la mère et grossesse résultant d’un viol ou d’un inceste. Il « supprimera la possibilité de mettre fin à la grossesse en cas de sévère malformation du fœtus, y compris dans les cas où une telle malformation est à issue fatale », a écrit le commissaire aux droits de l’Homme.

>> A lire aussi : VIDEO. ONU: Marlène Schiappa met en garde contre la remise en cause de l'accès à l'avortement

« Une telle disposition serait incompatible avec les obligations de la Pologne envers la loi internationale sur les droits de l’Homme ». Nils Muiznieks a pressé le parlement polonais de « rejeter cette proposition législative et toute autre proposition qui vise à limiter encore l’accès des femmes à leurs droits concernant la sexualité et la procréation ».

« Cette loi représente chaque jour la vie de trois êtres humains »

Pour l’animatrice du comité Stop Avortement, Kaja Godek « cette loi représente chaque jour la vie de trois êtres humains ». Selon elle, les malformations ont été en 2016 à l’origine de 1.046 - soit 96 % - des avortements légaux pratiqués en Pologne.

>> A lire aussi : Etats-Unis: Les élus du Mississippi votent la loi sur l'avortement la plus restrictive du pays

Les organisations féministes avaient déjà réussi en 2016 à obtenir le rejet d'un projet similaire par le parlement​ où les conservateurs sont majoritaires. Ce texte était encore plus restrictif : il prévoyait des peines allant jusqu’à cinq ans de prison pour les médecins et autres personnes participant à l’IVG, y compris pour les patientes elles-mêmes, mais autorisait le juge à renoncer à punir ces dernières.