Inde: Condamnés à perpétuité pour un lynchage au nom de la défense des vaches sacrées

JUSTICE Un commerçant suspecté de transporter de la viande de bœuf avait été tué en juin 2017 par un groupe de protection des vaches sacrées…

20 Minutes avec agences

— 

La vache est un animal sacré pour les Hindous en Inde.
La vache est un animal sacré pour les Hindous en Inde. — Rajesh Kumar Singh/AP/SIPA

Ils faisaient partie de milices autoproclamées de protection des vaches sacrées. Onze hommes ont été condamnés à des peines de prison à perpétuité en Inde pour le lynchage d’un commerçant musulman, a indiqué jeudi 22 mars la police locale.

Un tribunal du district de Ramgarh, dans l’État pauvre du Jharkhand (est), a reconnu le groupe coupable d’avoir battu à mort en juin 2017 Alimuddin Ansari, un négociant de viande qu’ils suspectaient de transporter de la viande de bœuf.

Une série de lynchages

Au moment du meurtre, le pays était secoué par une série de lynchages contre des musulmans et des dalits (autrefois appelés « intouchables ») au nom de la défense des vaches, animal vénéré dans l’hindouisme.

>> A lire aussi : Inde: Quatre personnes arrêtées pour le meurtre d'un jeune musulman

« C’est la première fois qu’un tribunal condamne et punit des violences liées à la protection des vaches », a expliqué Rajesh Kumar, un haut responsable de la police de Ramgarh.

Le Premier ministre accusé de fermer les yeux

Parmi les coupables figure notamment un membre local du parti du Premier ministre indien Narendra Modi. Le dirigeant nationaliste hindou est accusé de fermer les yeux sur ce phénomène de milices. Ces détracteurs voient dans ces violences une manière pour la majorité hindoue d’imposer sa loi aux minorités.

>> A lire aussi : Inde: Une actrice de Bollywood menacée de mort par un élu extrémiste hindou

Après de longs mois de silence, Narendra Modi a toutefois condamné publiquement ces faits en plusieurs occasions l’année dernière.

Une législation qui se durcit

L’abattage de vaches est interdit dans de nombreux Etats du pays et la législation tend à se durcir depuis l’arrivée au pouvoir à New Delhi des nationalistes hindous en 2014. D’autres cas de violences liées à la vache sont actuellement en procès, selon la presse locale.

>> A lire aussi : Inde: Des victimes d'attaques à l'acide participent à un défilé haute couture

« Les autorités ont encore beaucoup à faire avant de pouvoir convaincre les minorités religieuses et les communautés socialement marginalisées que la justice peut être rendue », a toutefois estimé Human Rights Watch dans un communiqué.