Zimbabwe: Un crocodile abattu après avoir créé la panique devant un hôpital

ANIMAUX L’animal se trouvait devant et attaquait les personnes qui tentaient d’y rentrer…

20 Minutes avec agences

— 

Illustration d'un crocodile.
Illustration d'un crocodile. — skeeze / Pixabay

Un crocodile qui avait élu domicile devant un hôpital, a semé la panique parmi la population de Hwange, une petite ville du nord du Zimbabwe. Les autorités ont décidé de prendre une décision radicale pour résoudre le problème.

>> A lire aussi : Indonésie: Les restes d’un corps humain découverts dans le ventre d’un crocodile

Des gardes-chasse ont abattu l’animal a-t-on appris ce jeudi auprès des services de protection de la faune du pays.

« Il constituait une menace »

Selon des témoignages parus dans la presse locale, le crocodile chargeait systématiquement tous les patients et personnels qui faisaient mine de vouloir entrer dans l’établissement.

>> A lire aussi : Un chercheur raconte la lente agonie du lion Cecil, tué par un dentiste américain

« Nous avons été informés mardi que l’animal avait été aperçu dans une zone résidentielle de Hwange et nous avons dû l’abattre parce qu’il constituait une menace », a déclaré un porte-parole des services de protection de la faune, Tinashe Farawo. Le crocodile a semé la terreur pendant deux heures devant l’hôpital Saint-Patrick avant d’être mis définitivement hors d’état de nuire, selon le quotidien Chronicle.

Plusieurs incidents similaires

Selon Tinashe Farawo, les fortes pluies qui se sont abattues récemment sur le Zimbabwe ont causé plusieurs incidents similaires. Ce jeudi, une femme a été mortellement mordue par un crocodile alors qu’elle traversait un ruisseau entre deux quartiers de la capitale Harare et un enfant blessé par un autre spécimen dans la région de Chiredzi (sud-est).

>> A lire aussi : Indonésie: Les restes d’un corps humain découverts dans le ventre d’un crocodile

« Les attaques de crocodiles sont très fréquentes pendant la saison des pluies et elles sont fatales [à leurs victimes] dans la plupart des cas », a rappelé le porte-parole.