Syrie: La France serait capable de frapper «en autonomie», déclare le chef d'Etat-Major français

GUERRE Invité sur Europe 1 ce vendredi, le chef d’Etat-Major des armées, le général François Lecointre, s’est exprimé sur la possibilité d’une intervention française en Syrie en cas d’utilisation d’armes chimiques…

20 Minutes avec AFP

— 

le chef d'état-major des armées, le général François Lecointre, le  2 août 2017 à l'Elysée.
le chef d'état-major des armées, le général François Lecointre, le 2 août 2017 à l'Elysée. — VILLARD/SIPA

Les forces du régime de Bachar al-Assad sont soupçonnées d’avoir recours au chlore contre le fief rebelle dans la Ghouta orientale, près de Damas. Si pour l’heure la France et les États-Unis affirment ne pas disposer à ce stade de preuves concluantes, les états-majors semblent envisager le pire.

>> A lire aussi : VIDEO. Entretien de Macron et Merkel avec Poutine sur l'application de la trêve en Syrie

La ligne rouge

Un élément de réponse a été formulé ce vendredi sur Europe 1 par le chef d’Etat-Major français, le général François Lecointre. Selon le général, la France serait capable de frapper « en autonomie » en Syrie si le régime franchissait la « ligne rouge » édictée par le président Emmanuel Macron, soit l’utilisation avérée d’armes chimiques, rapporte l’AFP.

>> A lire aussi : Quatorze cas de suffocation dans la Ghouta, des «soupçons d'attaque au gaz de chlore»

« Vous imaginez bien que le président Macron n’aurait pas fixé une ligne rouge et n’aurait pas fait ce type de déclaration s’il ne savait pas que nous avons les moyens de le faire », a-t-il encore déclaré à nos confrères d’Europe 1. Si Paris devait décider de frapper la Syrie, « cela se ferait en lien avec les Américains, sans doute, en tout cas la France a la possibilité de faire les choses en autonomie », a souligné vendredi le chef d’Etat-Major des armées, sans donné le moindre « détail de planification qu’il réserve au président de la République ».