Affaire Skripal: La riposte du Kremlin devrait venir «d’une minute à l’autre»

DIPLOMATIE Le Kremlin a assuré ce vendredi que sa riposte devrait venir «d’une minute à l’autre» après l’annonce par Londres de l’expulsion de 23 diplomates russes à la suite de l’empoisonnement de Sergueï Skripal, ex-agent double russe réfugié en Angleterre…

20 Minutes avec AFP
— 
Une tente dressée par la police à proximité du lieu de l'attaque de l'ex-espion russe.
Une tente dressée par la police à proximité du lieu de l'attaque de l'ex-espion russe. — Matt Dunham/AP/SIPA

Les tensions se tendent un peu plus encore entre Londres et Moscou, après l’annonce par la Première ministre britannique Theresa May de l’expulsion de 23 diplomates russes à la suite de l’empoisonnement de Sergueï Skripal, ex-agent double russe réfugié en Angleterre. Le Kremlin a assuré ce vendredi que sa riposte devrait venir « d’une minute à l’autre », selon une dépêche de l’AFP.

>> A lire aussi : Ex-espion russe empoisonné, Londres expulse 23 diplomates russes, Washington accuse Moscou à l'ONU

« Une riposte mûrement réfléchie »

Cette riposte sera « mûrement réfléchie » et « totalement conforme aux intérêts de notre pays », a ajouté aux journalistes le porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov. En déplacement à Astana, la capitale du Kazakhstan, pour une réunion sur la Syrie, le chef de la diplomatie russe Sergueï Lavrov avait auparavant confirmé que Moscou expulsera de son territoire des diplomates britanniques sur « un principe d’égalité » relate l’AFP.

Le gel des contacts bilatéraux

Pour rappel, la Première ministre britannique Theresa May avait annoncé mercredi l’expulsion de 23 diplomates russes et le gel des contacts bilatéraux avec leur pays, une décision déjà dénoncée comme « absolument irresponsable » par Moscou. La Russie clame son innocence depuis l’empoisonnement le 4 mars par un agent toxique à Salisbury, dans le sud de l’Angleterre, de l’ex-agent double russe Sergueï Skripal et de sa fille, hospitalisés dans un état grave.

>> A lire aussi : Londres rouvre 14 enquêtes sur des morts suspectes

« Il faudra tôt ou tard que la Grande-Bretagne fournisse des preuves concluantes. Pour l’instant, nous n’en avons pas vu », a poursuivi le porte-parole du Kremlin ce vendredi matin.