Madrid: Dix policiers blessés et des arrestations après des heurts et le décès d'un vendeur à la sauvette sénégalais

FAITS DIVERS Une manifestation de protestation après le décès d’un vendeur à la sauvette sénégalais à Madrid a dégénéré jeudi soir, au cœur de la capitale espagnole…

20 Minutes avec AFP

— 

Place Puerto del sol. Madrid. Capture d'écran Google Map
Place Puerto del sol. Madrid. Capture d'écran Google Map — capture d'écran Google street view, google Map

Des heurts ont eu lieu jeudi soir à Madrid, suite à une manifestation de protestation faisant suite au décès d’une personne originaire du Sénégal, âgée d’une trentaine d’années. Il était vendeur à la sauvette sur la place de la Puerta del Sol, située au cœur de la capitale espagnole.

>> A lire aussi : VIDEO. Des migrants débarquent au milieu d'une plage touristique en Espagne

Les services d’urgence ont indiqué que l’homme avait été trouvé inconscient dans une rue par une patrouille de police. Quand les secours sont arrivés « il y avait une patrouille de police municipale qui passait par là et qui l’a vu en premier, ils étaient en train de faire des gestes de réanimation », a indiqué à l’AFP un porte-parole des services d’urgence. Mais plusieurs Sénégalais rencontrés par l’AFP ont affirmé que son décès faisait suite à une course-poursuite avec la police municipale.

>> A lire aussi : Près de 160.000 manifestants à Barcelone pour l'accueil des réfugiés

Des heurts violents

Lors de la manifestation jeudi soir, des protestataires auraient jeté des pierres, des pavés, des bouteilles sur un camion de pompiers et les forces de l’ordre ont répliqué notamment en tirant des balles en caoutchouc. Dans des rues adjacentes et au-delà, des éléments de mobilier urbain et des vélos ont été incendiés, rapporte l’AFP.

Au cours de ses heurts, dix policiers nationaux ont été blessés et six personnes de nationalité espagnole ont été arrêtées, dont un mineur et une femme. Mais des policiers municipaux pourraient également avoir été blessés, a expliqué à l’AFP un porte-parole de la police nationale. La présidente de la région de Madrid Cristina Cifuentes a regretté vendredi matin son décès en avançant cependant qu’il était sans doute lié à des « causes naturelles ».