VIDEO. Le djihadiste français Maxime Hauchard, considéré comme un des bourreaux de Daesh, est mort

TERRORISME Le Français était visé par un mandat d’arrêt international émis par la France...

20 Minutes avec AFP

— 

Capture d'écran en date du 17 novembre 2014 d'une video de propagande diffusée le 16 novembre 20147 par al-Furqan Media du Français Maxime Hauchard alias Abu Abdallah al-Faransi
Capture d'écran en date du 17 novembre 2014 d'une video de propagande diffusée le 16 novembre 20147 par al-Furqan Media du Français Maxime Hauchard alias Abu Abdallah al-Faransi — - AL-FURQAN MEDIA

La nouvelle a enfin été confirmée. Le djihadiste normand Maxime Hauchard, identifié fin 2014 comme l’un des bourreaux du groupe Etat islamique dans une vidéo de propagande mettant en scène la décapitation d’un otage américain et de 18 prisonniers de l’armée syrienne, est mort, ont affirmé ce jeudi des sources proches de l’enquête.

>> A lire aussi : Maxime Hauchard, bourreau présumé de Daesh, s'est radicalisé dans sa chambre

Les circonstances et la date de son décès ne sont pas connues, ont-elles ajouté, confirmant des informations de presse. Le Normand, visé par un mandat d’arrêt international émis par la France, avait été placé en septembre 2015 par les Etats-Unis sur la liste noire des « combattants terroristes étrangers ».

Une vidéo de propagande

Selon le département d’Etat américain, Maxime Hauchard, à cette époque âgé de 22 ans, aurait exhibé la tête décapitée de l’otage américain de 26 ans Peter Kassig, un travailleur humanitaire enlevé en octobre 2013 en Syrie, dans cette vidéo de propagande.

En France, il était visé depuis le 26 décembre 2014 par une information judiciaire ouverte pour « assassinats en lien avec une entreprise terroriste ». Maxime Hauchard avait grandi dans une petite commune de Normandie de 3.200 habitants, Bosc-Roger-en-Roumois, dans une famille chrétienne.

Il s’était converti à l’islam en 2009 avant de se radicaliser sur Internet. Entre octobre 2012 et mai 2013, il est parti deux fois en Mauritanie dans des centres d’études d’obédience salafiste, le plaçant dans le viseur de la Direction générale de la sécurité intérieure.

« Abou Abdallah al-Faransi »

Le 17 août 2013, il avait pris la route pour la Syrie via la Turquie, affirmant à sa famille vouloir « s’occuper des blessés » sur le front. Il avait en fait été pris en charge par des recruteurs du groupe Etat islamique.

Sur Internet, Maxime Hauchard s’affichait sous le nom de guerre « Abou Abdallah al-Faransi », en postant des photos en tenue de combat, paradant armes lourdes à la main et exhortant des candidats au djihad à le rejoindre.

Maxime Hauchard avait de nouveau fait parler de lui le 16 novembre 2015, trois jours après les attentats parisiens qui avaient fait 130 morts, en twittant cette menace, ensuite effacée : « Brésil, vous êtes notre prochaine cible », quelques mois avant les Jeux olympiques de Rio.