Chine: Marche arrière sur le contrôle des naissances pour relancer la natalité

DEMOGRAPHIE Après avoir mis fin, en 2016, au strict contrôle des naissances et autorisé les couples à avoir un deuxième enfant, la Chine pourrait lever toute régulation en la matière…

20 Minutes avec agences

— 

Illustration d'un enfant chinois.
Illustration d'un enfant chinois. — Wang Zaho AFP

De 1979 à 2015, la Chine a mis en place la politique de l’enfant unique, un système de contrôle des naissances afin d’éviter la surpopulation. Une politique qui semble s’essouffler aujourd’hui.

Début 2016, la Chine avait assoupli la réglementation en autorisant les familles à avoir un deuxième enfant. Aujourd’hui, les autorités s’apprêteraient à lâcher encore plus de lest pour enrayer le vieillissement de la population, selon la presse officielle chinoise.

>> A lire aussi : La Chine augmente ses dépenses militaires de 7,6%, au plus bas depuis 6 ans

À la faveur d’un vaste projet de réorganisation des ministères et des administrations centrales, le gouvernement prévoirait de démanteler purement et simplement la commission du planning familial, qui supervisait le contrôle des naissances depuis 1981. Selon le Global Times, la Chine passerait ainsi du « contrôle » à la « relance » de la démographie.

Baisse du nombre de naissances

Le démographe He Yafu estime ainsi que le contrôle des naissances « devrait se terminer ». Il note que le président Xi Jinping ne l’a même pas mentionné lors du Congrès du Parti communiste chinois en octobre dernier. Autre élément en faveur d’un changement : le site internet de l’Association de la population de Chine, qui défendait le contrôle des naissances, a été fermé mardi.

>> A lire aussi : Les pays d’Afrique de l’Ouest veulent limiter à trois le nombre d’enfants par femme

Enfin, le député de l’Assemblée nationale populaire, Zhu Lieyu, a proposé que tous les couples puissent avoir trois enfants afin de relancer la natalité. L’an dernier, le nombre de naissances en Chine s’élevait à seulement 17,23 millions contre 17,86 millions l’année précédente.