Bretagne: Un hommage rendu à Kendal Breizh, le combattant breton tué en Syrie

SYRIE Plusieurs centaines de personnes se sont rassemblées samedi à Carhaix...

J.G. avec AFP

— 

Un combattant kurde des YPG à Raqa en octobre 2017
Un combattant kurde des YPG à Raqa en octobre 2017 — BULENT KILIC / AFP

Plusieurs centaines de personnes se sont rassemblées samedi à Carhaix pour rendre hommage à Olivier Le Clainche, plus connu sous le pseudonyme Kendal Breizh. Engagé auprès des Unités de protection du peuple (YPG), la branche armée du Parti de l’Union démocratique syrien, le Breton a été tué le 10 février lors d’une offensive de l’armée turque dans la région d’Afrin en Syrie.

>> A lire aussi : Qui était Kendal Breizh, le Breton engagé auprès des Kurdes qui a été tué en Syrie ?

« A l'hommage de Kendal Breizh à Carhaix qui est tombé à Afrin (...) sous les bombes de la dictature turque », a notamment écrit sur son compte twitter, en y joignant des photos, le député breton Paul Molac (LREM), qui a pris la parole devant l'assemblée où avaient pris place de nombreux Kurdes, parfois venus de l'étranger.

Paul Molac est député de la 4è circonscription du Morbihan, le département où vivait Olivier Le Clainche, qu'il connaissait personnellement, celui-ci l'ayant interviewé à plusieurs reprises alors qu'il travaillait dans une radio associative locale.

Le combattant enterré dans la région du Rojava

Parmi les autres intervenants lors de cet hommage organisé notamment par les Amitiés Kurdes de Bretagne et « les amis et camarades de Kendal Breizh », un représentant du Parti communiste ainsi que ceux de plusieurs formations et associations bretonnes, de même que des militants kurdes. L'hommage s'est achevé par la lecture d'un texte écrit par Olivier Le Clainche, tué par un bombardement aérien, en compagnie notamment d'un ressortissant espagnol, originaire de Galice.

Kendal Breizh, a précisé l'AKB, a été enterré à sa demande au Rojava, le nom donné au Kurdistan syrien, de facto autonome jusqu'à l'offensive turque déclenchée le 20 janvier. La milice kurde des YPG est considérée comme «terroriste» par Ankara mais est alliée aux Etats-Unis dans la guerre contre l’État islamique.