Le spéculateur Martin Shkreli condamné à 7 ans de prison pour fraude

ETATS-UNIS Le spéculateur du médicament était jugé pour une autre affaire...

P.B. avec AFP

— 

Le spéculateur Martin Shkreli et son avocat Ben Brafman, le 4 août 2017 à New York.
Le spéculateur Martin Shkreli et son avocat Ben Brafman, le 4 août 2017 à New York. — Seth Wenig/AP/SIPA

Il avait été surnommé « l’homme le plus détesté d’Amérique » après avoir multiplié par 50 le prix d’un médicament contre le VIH. Vendredi, Martin Shkreli a été condamné à 7 ans de prison dans une autre affaire pour avoir escroqué des investisseurs. Il devrait faire appel de la décision, a indiqué son avocat Benjamin Brafman, qui avait représenté Dominique Strauss-Kahn à New York. Selon CNBC, Shkreli, qui avait affiché un petit sourire narquois tout au long du procès, a « fondu en larmes » en implorant le juge de faire preuve de clémence.

Pas lié au prix du médicament

Shkreli avait été déclaré coupable de fraude sur les titres de deux fonds d’investissement alternatifs dont il était le gérant. Il avait également été reconnu coupable d’avoir manipulé les actions du laboratoire pharmaceutique qu’il avait créé, Retrophin, les utilisant pour renflouer ses deux hedge funds.

Martin Shkreli s’est fait connaître du grand public en septembre 2015, lorsque l’une de ses sociétés, Turing Pharmaceuticals, a fait passer le prix d’un comprimé de Daraprim, médicament utilisé contre le paludisme et par les séropositifs, de 13,5 à 750 dollars du jour au lendemain. Par la suite, il a également dépensé 2 millions de dollars pour s’offrir l’exclusivité d’un album du Wu Tang Clan jamais commercialisé. A son palmarès, il faut également ajouter sa suspension de Twitter pour avoir harcelé une journaliste américaine.