Nouvelle-Calédonie: Le cyclone Hola se rapproche, le niveau d'alerte renforcé

METEO Le cyclone tropical a perdu de sa puissance mais il pourrait bien reprendre de la vigueur en approchant des terres…

20 Minutes avec agence

— 

Les îles de la Loyauté pourraient être fortement touchées par le cyclone Hola.
Les îles de la Loyauté pourraient être fortement touchées par le cyclone Hola. — Capture d'écran/Google Maps

Le cyclone Hola s’approche dangereusement de la Nouvelle-Calédonie. Si cette « dépression tropicale forte », comme le décrit Météo France, a faibli ces dernières heures, sa puissance pourrait néanmoins se renforcer à l’approche des terres.

Appel à la vigilance

Cette dépression « s’est très peu déplacée ces 18 dernières heures et son intensité a diminué. Elle génère près de son centre des vents estimés à 110 km/h avec des rafales proches de 155 km/h », explique Météo France. Mais « Hola pourrait se réintensifier et repasser au stade de cyclone tropical dans les prochaines 24 heures », préviennent les experts.

Par conséquent, la population locale est appelée à la plus grande vigilance, particulièrement pour ce vendredi et ce samedi. Et pour cause, le centre de la tempête pourrait passer sur les îles de la Loyauté.

Fortes pluies et vents violents

Les communes d’Ouvéa, de Lifou et de Maré sont en alerte cyclonique de niveau 2, soit l’ensemble des îles de la Loyauté. Par ailleurs le reste de la Nouvelle-Calédonie est toujours en pré-alerte cyclonique. Des cumuls de pluie de 250 mm, soit 250 litres par mètres carrés, sont également annoncés par Météo France. Les creux des vagues pourront atteindre entre 6 et 8 mètres.

>> A lire aussi : Alerte cyclonique maximale à l'île des Pins

Dans ces conditions, la Sécurité civile rappelle que « toute activité professionnelle, scolaire ou commerciale » doit être cessée sur les îles de la Loyauté. « Toutefois la population est appelée à la plus grande prudence en raison de la dégradation des conditions météorologiques et notamment des fortes pluies ainsi que des vents violents », martèlent les responsables.