Saad Lamjarred, en 2016, à Carthage.
Saad Lamjarred, en 2016, à Carthage. — FETHI BELAID / AFP

VIOL

Agression sexuelle: Saad Lamjarred, mis en examen pour viol en France, sort un single au Maroc

Le chanteur marocain a été autorisé à rentrer temporairement dans son pays...

En France, il est connu pour agression sexuelle, au Maroc et dans le monde arabe pour son titre « Enty », dont le clip a été visionné 91 millions de fois sur YouTube. Le chanteur marocain Saad Lamjarred, mis en examen pour « viol » à Paris, va lancer vendredi la promotion de son nouveau single au Maroc, où la justice française l’a autorisé à voyager.

>> A lire aussi : Paris: La star marocaine Saad Lamjarred, accusée de viol, remise en liberté sous bracelet électronique

Selon certains médias marocains, le chanteur serait arrivé mercredi soir à Casablanca dans l’ouest du pays.

« Une visite temporaire »

« Vendredi 20 heures heure marocaine, on va voir le clip », annonce la pop-star sur son compte Twitter suscitant des réactions énamourées de ses fans et quelques rares commentaires acides. « Cette chanson que je viens lancer au Maroc, Ghazali Ghazali » (« biche », utilisé pour parler des jolies femmes en dialecte marocain), j’ai travaillé dessus avec tout mon cœur pour vous donner le sourire", dit-il dans un message vocal diffusé par le site d’information Le 360, mais qui n’était plus accessible jeudi soir.

Célèbre dans le monde arabe pour son titre « Enty » (91 millions de vues sur Youtube), le chanteur prévient cependant ses fans qu’il faudra attendre pour de vraies retrouvailles. « Je viens pour une visite temporaire et je dois retourner par la suite en France », affirme-t-il dans son message vocal sans préciser la durée de son séjour.

Frais d’avocat à la charge du roi du Maroc

L’avocat de Laura Prioul, la jeune Française qui a déposé plainte contre lui pour viol, a affirmé à l’AFP que le chanteur était « convoqué le 9 avril pour une expertise médicale en référé ». Laura Prioul « risque de perdre un rein » et l’expertise vise à établir « s’il y a un lien entre son état de santé et les faits » reprochés au chanteur, a précisé Me Jean-Marc Descoubes. La jeune femme affirme avoir été « agressée physiquement, frappée, violée » par le chanteur qui avait, selon elle, consommé alcool et stupéfiants pendant une soirée.

Mis en examen pour « viol aggravé » et « violences volontaires aggravées » en octobre 2016, Saad Lamjarred conteste ces accusations. Remis en liberté sous contrôle judiciaire, il a dans un premier temps été assigné à résidence avec bracelet électronique et interdiction de sortie du territoire.

Le roi du Maroc Mohamed VI a pris en charge ses frais d’avocat.