Le chef d'Al-Qaïda appelle les musulmans du Maghreb à combattre la France au Sahel

MENACES C'est le chef d’Al-Qaïda, Ayman al-Zawahiri, qui lance l'appel dans une vidéo de sept minutes...

20 Minutes avec AFP

— 

Devant le bâtiment de l'état-major des forces armées, le jour de l'attentat à Ouagadougou le 3 mars 2018.
Devant le bâtiment de l'état-major des forces armées, le jour de l'attentat à Ouagadougou le 3 mars 2018. — Ludivine Laniepce/AP/SIPA

Le chef d’Al-Qaïda Ayman al-Zawahiri a appelé les musulmans du Maghreb à combattre les soldats français au Sahel, dans un message vidéo rendu public ce mardi, indique le Centre américain de surveillance des sites djihadistes SITE.

Dans cette vidéo de sept minutes, qu’aucun élément ne permet de dater, le successeur d’Oussama ben Laden ne fait aucune référence aux récents attentats de Ouagadougou, revendiqués par le Groupe de soutien à l’islam et aux musulmans (GSIM), un mouvement jihadiste basé au Mali et affilié à Al-Qaida. Vendredi, une double attaque coordonnée a visé l’ambassade de France et l’état-major général des armées burkinabè dans la capitale du Burkina, faisant sept morts et plus de 80 blessés parmi les forces de l’ordre. Neuf djihadistes ont été abattus.

Des menaces régulières

« Ceux qui ont combattu, tué et pourchassé vos pères sont de retour pour tuer vos frères musulmans (…) et vous rappeler que vous restez sous leur occupation et leur oppression », affirme Ayman al-Zawahiri, en référence à l’époque de la colonisation. Il souligne également l’échec des révolutions du Printemps arabe estimant que « l’ancienne corruption est revenue, mais plus féroce (…) qu’avant ». Ayman al-Zawihiri menace régulièrement la France dans ses messages : en septembre dernier, il avait déjà appelé les musulmans du Maghreb et d’Afrique subsaharienne à donner « une leçon aux Français » qui « ont tué vos aïeux, occupé vos terres et torturé vos ancêtres ».

Environ 4.000 soldats français sont déployés au Sahel dans le cadre de l’opération Barkhane qui combat les groupes jihadistes dans la région et appuie les forces des pays du G5-Sahel : Burkina Faso, Mali, Mauritanie, Niger et Tchad.