Les deux Corées vont tenir un sommet à la frontière fin avril

DIPLOMATIE La Corée du Nord a promis de suspendre ses essais nucléaires et de missiles pour la durée du dialogue intercoréen…

20 Minutes avec AFP

— 

Le dirigeant nord-coréen Kim Jong-un (à dr.) serre la main du conseiller du président sud-coréen à la sécurité nationale, Chung Eui-Yong, à Pyongyang le 5 mars 2018.
Le dirigeant nord-coréen Kim Jong-un (à dr.) serre la main du conseiller du président sud-coréen à la sécurité nationale, Chung Eui-Yong, à Pyongyang le 5 mars 2018. — Yonhap News/NEWSCOM/SIPA

Pyongyang et Séoul vont tenir un sommet à la frontière entre les deux pays, mais également ouvrir une ligne de communication d’urgence entre leurs dirigeants, a déclaré ce mardi un émissaire sud-coréen après avoir rencontré  Kim Jong-un dans la capitale nord-coréenne.

La Corée du Nord a promis de suspendre ses essais nucléaires et de missiles pour la durée du dialogue intercoréen, a ajouté cet émissaire, Chung Eui-yong, qui est conseiller pour la sécurité du président Moon Jae-in.

Le sommet organisé au milieu de la Zone démilitarisée

Il a ajouté que la Corée du Nord avait exprimé la volonté de se dénucléariser à condition que sa sécurité soit garantie.

>> A lire aussi : La Corée du Nord a annulé au dernier moment une rencontre avec Mike Pence à Pyeongchang

Le sommet aura lieu dans le village de Panmunjom, au milieu de la Zone démilitarisée (DMZ) qui sépare la Corée du Nord de la Corée du Sud, et sera précédé d’une conversation téléphonique entre Kim et Moon, a-t-il précisé.

Il s’agira du troisième sommet entre les dirigeants des deux pays à avoir lieu depuis la fin de la guerre de Corée (1950-1953). Les deux précédents avaient eu lieu en 2000 et en 2007.

Un rapprochement opéré pendant les JO

« Le Sud et le Nord sont d’accord pour une ligne de communication d’urgence entre les dirigeants pour désamorcer les tensions militaires et se coordonner étroitement », a par ailleurs déclaré l’émissaire sud-coréen.

>> A lire aussi : Les dernières sanctions américaines sont un «acte de guerre», dénonce Pyongyang

Chung Eui-yong et les diplomates sud-coréens qui l’ont accompagné à Pyongyang sont les plus hauts responsables du Sud à se rendre en Corée du Nord depuis plus de dix ans, dans la foulée d’un remarquable rapprochement occasionné par les Jeux olympiques de Pyeongchang. Leurs discussions avec Kim Jong-in ont duré plus de quatre heures.

Les émissaires sud-coréens sont censés partir mercredi pour Washington afin de rendre compte de ce voyage. Les Etats-Unis viennent d’imposer de nouvelles sanctions unilatérales au Nord, les plus dures à ce jour d’après le président Donald Trump.