Corée du Nord: Première rencontre entre officiels du nord et du sud depuis 2007

RECHAUFFEMENT Cette rencontre marque un apaisement des tensions diplomatiques entre le Nord et le Sud... 

20 Minutes avec AFP

— 

Rencontre millimétrée entre les officiels du Sud (à gauche) et ceux du Nord (à droite), ce 5 mars 2018.
Rencontre millimétrée entre les officiels du Sud (à gauche) et ceux du Nord (à droite), ce 5 mars 2018. — handout / The Blue House / AFP

Une délégation sud-coréenne de haut rang est arrivée à Pyongyang ce lundi pour y rencontrer le dirigeant nord-coréen Kim Jong Un. Une nouvelle illustration de l’amorce de détente sur la péninsule.

>> A lire aussi : Corée du Nord: Kim Jong-un salue la Corée du Sud, hôte des JO 2018, pour son hospitalité

Ce sont les émissaires les plus importants à se rendre en Corée du Nord depuis plus de dix ans. Les dix fonctionnaires envoyés par le président sud-coréen Moon Jae-In ont pour mission de discuter des moyens de favoriser le dialogue entre Pyongyang et Washington sur les armes nucléaires. Honneur suprême, il est même prévu qu’ils dînent avec Kim Jong Un.

Les Jeux olympiques, vecteurs d’apaisement

Un signal fort pour les relations entre les deux pays. Cette amorce de détente s’est concrétisée lors des jeux Olympiques d’hiver qui se sont achevés le 25 février. Ils ont permis un remarquable rapprochement entre le Nord et le Sud après deux années de fortes tensions liées aux programmes nucléaire et balistique de la Corée du Nord.

Le point d’orgue cet apaisement nord-coréen a été la venue au Sud de Kim Yo Jong, soeur cadette du dirigeant Kim Jong Un, marquant la première visite d’un membre de la dynastie régnante de Pyongyang depuis la fin de la guerre de Corée en 1953.

>> A lire aussi : JO 2018. Qui est Kim Yo-jong, petite sœur de Kim Jong-un et femme la plus puissante de Corée du Nord?

Le président sud-coréen a cherché à se servir des JO pour ouvrir le dialogue entre le Nord et Washington dans l’espoir d’apaiser les tensions sur le nucléaire. La tâche ne sera pas facile. Faisant fi de nombreuses sanctions, le pays pauvre et reclus a mené l’année dernière son essai nucléaire le plus puissant à ce jour et multiplié les tirs de missiles, dont certains capables de porter le feu nucléaire sur le territoire continental américain.

Sommets intercoréens

Le climat a également été envenimé par les échanges d’insultes personnelles et de menaces apocalyptiques entre le président américain Donald Trump et Kim Jong-Un. Le premier qualifiait le second de « petit homme fusée » en vantant la taille de son bouton nucléaire, le dirigeant nord-coréen traitant l’occupant de la Maison Blanche de « malade mental gâteux ».

>> A lire aussi : Jeux olympiques 2018. Les pom-pom girls nord-coréennes sont très attendues en Corée du Sud

« Nous ferons part de la détermination du président Moon à obtenir la dénucléarisation de la péninsule coréenne et à instaurer une paix sincère et durable », a indiqué le conseiller à la sécurité nationale sud-coréen Chung Eui-Yong Chung.

Il s’agit de la première délégation ministérielle sud-coréenne à se rendre en Corée du Nord depuis décembre 2007. L’année suivante, le président conservateur Lee Myung-bak arrivait au pouvoir et les relations intercoréennes s’étaient nettement rafraîchies. La délégation, qui reviendra mardi, compte notamment Suh Hoon, le chef du Service du renseignement de Corée du Sud (NIS). Ce vétéran des relations avec la Corée du Nord avait joué un rôle de premier plan dans les négociations qui avaient débouché sur des sommets intercoréens en 2000 et 2007.