VIDEO. Burkina Faso: Ce que l’on sait des attaques à Ouagadougou qui ont fait au moins huit morts

BURKINA FASO Plusieurs attaques armées ont eu lieu vendredi dans le centre de Ouagadougou, notamment près de l’ambassade de France...

20 Minutes avec AFP

— 

Des soldats du Burkina Faso autour de l'ambassade française le 2 mars 2018.
Des soldats du Burkina Faso autour de l'ambassade française le 2 mars 2018. — Ludivine Laniepce/AP/SIPA

Huit personnes ont été tuées vendredi dans des attaque coordonnées associant voiture piégée et tirs nourris qui ont visé l'état-major des forces armées du Burkina Faso et l'ambassade de France, à Ouagadougou.

>> A lire aussi : Suivez la situation en direct

Combien de victimes sont recensées ?

Un premier bilan vendredi des attaques contre l’état-major des forces armées du Burkina Faso à Ouagadougou faisait état d’au moins 28 morts. Ce samedi , il a été revu à 8 morts parmi les militaires et 12 blessés en état d’urgence absolue, selon une source sécuritaire française. Il s'agit de « deux gendarmes devant l’ambassade de France et six militaires au niveau de l’état-major ». Aucun ressortissant français n’a été tué ou blessé dans l’attaque contre l’ambassade de France, a-t-on appris de source diplomatique française.

Quelles étaient les cibles ?

Les attaques par plusieurs groupes d’hommes armés ont débuté dans la matinée et ont visé plusieurs endroits du centre de la capitale burkinabè, dont l’ambassade de France, l’Institut français et l’état-major des forces armées. Le Service d’information du gouvernement burkinabè a parlé dans un communiqué « d’attaque terroriste perpétrée (…) par des hommes lourdement armés non identifiés ».

L’explosion qui a frappé l’état-major général des armées à Ouagadougou provenait d’une voiture piégée et elle visait « peut-être » une réunion du G5 Sahel, a déclaré vendredi soir le ministre burkinabè de la Sécurité Clément Sawadogo. « Le véhicule était bourré d’explosifs, la charge était énorme » et a occasionné « d’énormes dégâts ». « Il y avait une réunion sur le G5 Sahel », « peut-être qu’elle était visée », a déclaré le ministre lors d’un point presse, qualifiant cette attaque de « kamikaze ».

Devant l’ambassade de France, un correspondant de l’AFP a entendu au matin des échanges de tirs intenses et vu un véhicule, celui des assaillants selon des témoins, en feu sur la chaussée. Selon des témoins, cinq hommes armés sont sortis d’une voiture et ont ouvert le feu sur des passants avant de se diriger vers l’ambassade de France dans le centre de la capitale du Burkina Faso. Selon une source à l’intérieur de l’ambassade, cinq hommes armés auraient essayé de pénétrer dans le bâtiment, sans y parvenir. Ils ont alors ouvert le feu sur l’ambassade.

Quelle est la réaction des autorités et de Paris?

« Le président Issoufou dénonce et condamne fermement ces attaques lâches et barbares », qui « ne feront que renforcer la détermination du G5-Sahel et de ses alliés dans la lutte contre le terrorisme », a assuré le président nigérien qui suit « avec une attention particulière l’évolution de la situation » et « salue la réaction énergique et salvatrice » des forces de sécurité après « ces attaques terroristes », selon le communiqué.

La situation est « sous contrôle » à l’ambassade de France et à l’Institut français, a précisé l’entourage du chef de la diplomatie française, Jean-Yves Le Drian. Enfin, Emmanuel Macron a réaffirmé sa « détermination et le plein engagement de la France, aux côtés de ses partenaires du G5 Sahel, dans la lutte contre les mouvements terroristes ».