Turquie: Un présentateur de télévision télé «incite au meurtre» puis démissionne

TÉLÉVISION Ahmet Keser a indigné de nombreux Turcs en qualifiant de « traîtres » les habitants des quartiers libéraux d’Istanbul (Turquie) et des députés du parti prokurde…

20 Minutes avec agences

— 

L'animateur turc Ahmet Keser, sur la chaîne Akit TV.
L'animateur turc Ahmet Keser, sur la chaîne Akit TV. — Capture d'écran YouTube/Akit TV/Kanal Aktif

Ahmet Keser, journaliste sur la chaîne turque Akit TV, a provoqué la polémique ce mardi en tenant des propos assimilés par certains à un appel au meurtre ou à l’intimidation.

>> A lire aussi : Turquie : Non, Erdogan n'a pas annoncé préparer l'invasion de la Grèce

La tirade évoquait les civils qui auraient été tués en Syrie par l’armée turque lors d’une offensive contre une milice kurde. « Pourquoi l’armée turque irait là-bas pour tuer des civils ? Si on devait tuer des civils, on commencerait par Cihangir, Nisantasi, Etiler, n’est-ce pas ? Il y a plein de traîtres », a lancé l'animateur.

Démission rapide

Il faisait référence à des quartiers chics d’Istanbul, dont les habitants sont considérés comme opposés à la politique du président Recep Tayyip Erdogan, ainsi qu’à des députés du parti prokurde HDP, affirmant qu’il y avait aussi des traîtes « à l’Assemblée nationale ».

Ces députés avaient dénoncé l'offensive turque et les dizaines de civils tués par les bombardements, selon l’Observatoire syrien des droits de l’Homme (OSDH). Des pertes humaines démenties par les autorités turques.

>> A lire aussi : VIDEO. Syrie: A Afrine, un temple antique victime collatérale des combats

Face aux vives réactions provoquées par ce discours, Akit TV a annoncé ce mercredi qu’Ahmet Keser avait « quitté ses fonctions ». Anadolu, l’agence de presse étatique turque, a annoncé le même jour l’ouverture d’une enquête pour « incitation à la haine et à l’inimitié » par un procureur d’Istanbul