Etats-Unis: Indignation après l'annonce de taxes américaines sur l'acier et l'aluminium

ECONOMIE Donald Trump a évoqué des tarifs douaniers de 25 % pour l’acier et de 10 % pour l’aluminium sans toutefois spécifier quels pays ils viseront…

N.Sa avec AFP

— 

Le président américain Donald Trump a annoncé le 1er mars qu'il allait frapper de fortes taxes les importations d'acier et d'aluminium aux Etats-Unis, au risque de provoquer une guerre commerciale avec ses principaux partenaires.
Le président américain Donald Trump a annoncé le 1er mars qu'il allait frapper de fortes taxes les importations d'acier et d'aluminium aux Etats-Unis, au risque de provoquer une guerre commerciale avec ses principaux partenaires. — Evan Vucci/AP/SIPA
  • Le président américain a annoncé jeudi qu’il allait frapper de fortes taxes les importations d’acier et d’aluminium aux Etats-Unis.
  • La bourse à Wall Street a chuté de plus de 400 points après l’annonce Donald Trump.
  • Une décision qui pourrait provoquer une guerre commerciale avec les partenaires des Etats-Unis. L’UE a promis de réagir fermement.
  • Le prix des voitures pourrait fortement augmenter selon Toyota.

La menace jeudi du président américain Donald Trump d’imposer dès la semaine prochaine de fortes taxes sur les importations d’acier et d’aluminium aux Etats-Unis a suscité des réactions indignées dans le monde, laissant poindre le risque d’une guerre commerciale.

>> A lire aussi : Prix Nobel de la paix: Soupçons de fraude autour d'une candidature de Trump

Le locataire de la Maison Blanche doit annoncer l’imposition de droits de douane de 25 % pour l'acier et de 10 % pour l'aluminium. Inquiète des potentielles conséquences commerciales entre les Etats-Unis et le reste du monde après cette décision, la bourse à Wall Street a chuté de plus de 400 points.

L’UE promet de « réagir fermement » aux mesures américaines

« Nous regrettons fortement » cette décision américaine, a réagi Jean-Claude Juncker, président de la Commission européenne. « Au lieu d’apporter une solution, cette décision ne peut qu’aggraver les choses », a-t-il prévenu dans un communiqué. « Nous ne resterons pas les bras croisés pendant que notre industrie est frappée par des mesures injustes », a-t-il encore ajouté.  L'Union européenne « va réagir fermement et proportionnellement pour défendre (ses) intérêts », a-t-il conclu.

« L’UE entamera le plus tôt possible des consultations sur le règlement des différends avec les Etats-Unis à Genève », siège de l’Organisation mondiale du commerce (OMC), a ajouté, dans le même communiqué, la commissaire européenne au Commerce Cecilia Malmström.

L’Allemagne et le Royaume-Uni inquiets

L’association allemande de la sidérurgie Stahl a dénoncé « des mesures qui violent les règles de l’Organisation mondiale du commerce », exigeant l’intervention de l’Union Européenne. « Si l’Europe n’agit pas, notre sidérurgie va payer l’addition pour le protectionnisme américain », a encore prévenu, par communiqué Hans Jürgen Kerkhoff, le président de Stahl.

« Nous avons été clairs sur le fait que nous sommes particulièrement inquiets de toute mesure qui pourrait avoir des conséquences sur l’acier du Royaume-Uni et ses industries d’aluminium », a indiqué par communiqué l’ambassade britannique à Washington, tout en assurant être en discussion avec les Américains.

Le Canada, premier fournisseur d’acier et d’aluminium des Etats-Unis

« Tout tarif ou quota qui serait imposé à notre industrie canadienne de l’acier et de l’aluminium serait inacceptable », a déclaré jeudi le ministre canadien du Commerce international, François-Philippe Champagne. Ce pays voisin des Etats-Unis est son premier fournisseur d’acier et d’aluminium.

Le gouvernement canadien est surpris d’une décision qui risque finalement de jouer contre les industriels américains. « Les Etats-Unis affichent un surplus de 2 milliards de dollars dans le commerce de l’acier avec le Canada », a souligné pour sa part la ministre des Affaires étrangères, Chrystia Freeland.

De son côté, le syndicat nord-américain des sidérurgistes United Steelworkers (USW), principalement actif aux Etats-Unis et au Canada, exige que les producteurs d’acier et d’aluminium canadiens soient exclus des mesures annoncées par Donald Trump.
« Clairement, le Canada n’est pas l’un de ces "mauvais acteurs" impliqués dans le commerce injuste et le dumping de l’aluminium et de l’acier vers les Etats-Unis », précise le syndicat.

Le prix des voitures impacté

Le géant japonais de l’automobile Toyota s’est lui aussi alarmé vendredi de « l’impact négatif » de l’instauration de ces taxes, qui vont selon lui entraîner une hausse importante des prix des véhicules.

« Plus de 90 % de l’acier et de l’aluminium que nous achetons (pour le marché américain) provient des Etats-Unis mêmes », a souligné Toyota dans un communiqué.
« Néanmoins, la décision du gouvernement d’imposer d’importantes taxes sur l’acier et l’aluminium va avoir un impact négatif sur les constructeurs d’automobiles, les fournisseurs et les consommateurs en augmentant considérablement les coûts et donc les prix des voitures et camions vendus en Amérique », a dénoncé le groupe.