Etats-Unis: Les blessures par balle en baisse pendant les rassemblements du lobby des armes

ETATS-UNIS Une étude, qui ne veut toutefois pas établir de relation directe de cause à effet, note une diminution de 20% pendant les conventions de la NRA...

M.C. avec AFP

— 

Des armes à feu exposées à un salon de Las Vegas.
Des armes à feu exposées à un salon de Las Vegas. — John Locher/AP/SIPA

Simple coïncidence ? Les blessures par balle sont en baisse de 20 % pendant les conventions annuelles du puissant lobby des armes aux Etats-Unis, la National Rifle Association (NRA), ont conclu des chercheurs mercredi.

>> A lire aussi : Donald Trump favorable à un renforcement du contrôle des antécédents lors de l’achat d’une arme à feu

Leur étude, publiée dans le New England Journal of Medicine, ne prouve cependant pas qu’il y a une relation directe de cause à effet entre les deux phénomènes, et se veut une observation empirique.

Cependant, selon l’hypothèse des scientifiques, cette baisse est due à « la courte période où l’on s’abstient d’utiliser des armes durant ces conventions ». Plus de 80.000 personnes venues de tous les Etats-Unis se rendent aux conventions de la NRA chaque année.

« Moins de gens qui utilisent des armes = moins de blessures par balle »

Selon une étude des Centres américains de contrôle et de prévention des maladies, il y a eu plus de 65.000 blessures par balle intentionnelles aux Etats-Unis en 2014, et 16.000 par accident. « Moins de gens qui utilisent des armes signifient moins de blessures par balle, ce qui n’est pas vraiment une surprise », explique le Dr Anupam Jena, professeur adjoint à la faculté de médecine de l’Université Harvard (Massachusetts), et principal auteur de l’étude.

>> A lire aussi : Deux grandes enseignes restreignent la vente d'armes

« L’absence de blessure pendant ces grosses conventions, auxquelles se rendent des milliers de propriétaires d’armes, semble contredire la croyance selon laquelle ces blessures sont seulement causées par le manque d’expérience dans le maniement des armes », ajoute-t-il.

76 millions de déclarations d’assurance analysées

L’étude s’est basée sur 76 millions de déclarations d’assurance remplies après des hospitalisations dues à des blessures par armes entre 2007 et 2015. Les chercheurs ont comparé deux données : le nombre de blessures survenues pendant les jours de la semaine où se tiennent les conventions de la NRA, et le nombre de blessures survenues pendant les mêmes jours de la semaine, mais trois semaines avant ou après les conventions.

>> A lire aussi : Gucci donne 500.000 dollars à la manifestation anti-armes

La différence entre les deux est de 20 % : « 1,5 blessure pour 100.000 personnes quand il n’y a pas de conventions, contre 1,25 lors des périodes de convention ».