Allemagne: Des tags «nazis» sur le local d'une soupe populaire qui ne veut plus servir les étrangers

POLÉMIQUE L'association d’aide alimentaire allemande a décidé de n'accueillir désormais que les personnes disposant d'un passeport allemand...

20 Minutes avec agences

— 

Un des camions de l'association, tagué lundi 26 février 2018.
Un des camions de l'association, tagué lundi 26 février 2018. — Martin Meissner/AP/SIPA

Plusieurs tags portant l’inscription « nazi » ont été découverts ce lundi sur des véhicules et le local d’une soupe populaire d’Essen, dans l’ouest de l’Allemagne.

>> A lire aussi : Vague de froid: «J’ai les mains gelées»... Comment les migrants font face au froid glacial à Paris

L’association avait annoncé la semaine dernière sur son site Internet qu’elle se voyait contrainte « d’accepter actuellement seulement des clients avec un passeport allemand afin de garantir une bonne intégration ».

« Je ne m’inclinerai pas »

Le responsable de la soupe populaire, Jörg Sartor, a justifié sa décision en arguant que l’afflux de réfugiés ces dernières années désavantageait les pauvres locaux dans l’accès à l’aide alimentaire. Il a précisé que la restriction durera jusqu’à ce que « la balance soit de nouveau rétablie ».

Le responsable de 61 ans a aussi évoqué des comportements irrespectueux de jeunes migrants, notamment vis-à-vis des femmes. Et l’homme de préciser : « Je ne m’inclinerai pas, ni face aux hommes politiques de gauche ni à ceux de droite ».

Initiative dénoncée par Angela Merkel

L’initiative a été saluée par le parti d’extrême droite Alternative pour l’Allemagne (AfD) qui a apporté lundi son soutien Jörg Sartor. Elle a, en revanche été dénoncée par la majorité des autres organisations caritatives allemandes, qui ont jugé choquant de faire un tri entre les personnes dans le besoin.

>> A lire aussi : Italie: Un chef étoilé revisite la soupe populaire en luttant contre le gaspillage alimentaire

Antje Trölsch, porte-parole d’une soupe populaire berlinoise, indique ainsi : « Le critère est la pauvreté, pas la nationalité ! ». La mesure a provoqué de vives réactions partout dans le pays. Même la chancelière allemande Angela Merkel s’est fendue d’une déclaration, estimant lundi qu’on « ne devrait pas opérer de telles distinctions ».