Fukushima: L'OMC tranche en faveur du Japon dans son conflit avec Séoul

COMMERCE La Corée du Sud interdit toujours l'importation de produits de la mer pêchés dans le nord-est de l'archipel depuis l'accident nucléaire de Fukushima...

N.Sa avec AFP

— 

Une vue de la centrale nucléaire de Fukushima, plus de six ans après la catastrophe.
Une vue de la centrale nucléaire de Fukushima, plus de six ans après la catastrophe. — Kota Kawasaki/AP/SIPA

Séoul craignait que la nourriture ne soit contaminée par les rejets radioactifs. L’Organisation mondiale du commerce (OMC) a finalement donné raison au Japon qui contestait le blocage par la Corée du sud de l’importation de produits de la mer pêchés dans le nord-est de l’archipel après l’accident nucléaire de Fukushima, une position saluée vendredi par Tokyo.

Une mesure « plus restrictive que nécessaire » selon l’OMC

Si certaines mesures prises par la Corée du Sud ont été justifiées par le passé, les principales dispositions qui continuent de s’appliquer « ne sont pas compatibles » avec les règles de l’OMC, a estimé le tribunal d’experts formé pour régler le conflit, dans un rapport publié jeudi. Il demande donc à la Corée du Sud de « mettre ses mesures en conformité avec ses obligations » en tant que membre de l’organisation internationale.

Outre le renforcement des contrôles de la radioactivité des produits alimentaires venus du Japon, Séoul avait interdit l’importation de produits de la mer venus de plusieurs préfectures japonaises après la catastrophe de Fukushima en mars 2011. Cette mesure de limitation des échanges commerciaux est « plus restrictive que nécessaire », a jugé l’OMC.

La plupart des pays ont déjà levé ces restrictions

« Le Japon salue les conclusions du tribunal d’experts, qui reflètent notre position », a réagi vendredi le porte-parole du gouvernement Yoshihide Suga. « Nous demandons à la Corée du Sud de rectifier avec sincérité et rapidement ses mesures de restriction des importations qui violent les règles de l’OMC », a-t-il ajouté.

Le Japon avait demandé à l’OMC de trancher en août 2015 après l’échec de discussions bilatérales pour résoudre son différend avec son rival asiatique, estimant qu’il n’avait pas de fondement scientifique et cela été contraire aux règles du commerce international.

>> A lire aussi : VIDEO. Fukushima: Ils ont filmé illégalement la zone interdite où le temps s’est arrêté le 11 mars 2011

Après l’accident de Fukushima, de nombreux pays avaient appliqué des restrictions vis-à-vis des importations japonaises de produits alimentaires, mais la plupart les ont depuis levées ou réduites.