VIDEO. Floride: L'officier armé est resté devant le bâtiment pendant que le massacre se déroulait

ETATS-UNIS Suspendu, ce shérif-adjoint a démissionné, jeudi...

P.B. avec AFP

— 

Une mère enlace sa fille après la fusillade qui a fait 17 morts dans un lycée de Parkland, en Floride, le 14 février 2018.
Une mère enlace sa fille après la fusillade qui a fait 17 morts dans un lycée de Parkland, en Floride, le 14 février 2018. — John McCall/AP/SIPA

Alors que Donald Trump propose d’armer « 20 % » des professeurs, le lycée Marjory Stoneman Douglas de Parkland disposait d’un shérif-adjoint à plein temps, armé et en uniforme, pour assurer la sécurité. Quand le tireur a ouvert le feu, mardi 13 février, l’officier s’est positionné devant le bâtiment. Et il « n’est jamais entré », a indiqué le shérif Scott Israel, jeudi.

« Il aurait dû entrer, confronter le tueur, tuer le tueur. Il a allumé sa radio et s’est positionné devant l’entrée ouest mais il n’est jamais entré », a détaillé Scott Israel. Il a annoncé avoir suspendu Scot Peterson sans paie, et ce dernier, proche de la retraite, a choisi de démissionner. En regardant les images vidéo du massacre, lors duquel 17 personnes dont 14 lycéens, ont perdu la vie, le shérif dit avoir été « malade ».

Donald Trump persiste sur les professeurs armés

Le président américain a martelé sa conviction qu’armer 20 % enseignants aurait un effet dissuasif sur les tireurs qui ciblent les écoles, réaffirmant sa proximité avec le puissant lobby des armes NRA.

Dans une rafale matinale de tweets, Donald Trump a défendu cette mesure très controversée et catégoriquement rejetée par nombre d’élus du Congrès, démocrates comme républicains.

« Une école ''sans armes'' attire les méchants », a-t-il lâché, évoquant un peu plus tard, sans entrer dans les détails, de possibles « primes » pour ceux qui porteraient une arme en salle de classe.