Le tueur suédois « Laser man », emprisonné à vie dans son pays pour des attaques racistes, vient d’être à nouveau condamné, cette fois-ci en Allemagne, à de la perpétuité.

>> A lire aussi : Aux Etats-Unis, de fausses agressions racistes de spectateurs de «Black Panther» relayées sur Twitter

John Ausonius a été condamné à perpétuité pour le meurtre en 1992 de Blanka Zmigrod, une sexagénaire de confession juive, d’une balle dans la tête. L’homme de 64 ans est déjà emprisonné à vie en Suède depuis 1995 pour plusieurs attaques à caractère raciste.

« On se reverra ! »

En 1992, John Ausonius était de passage dans l’hôtel de Francfort (Allemagne) où travaillait sa victime. Il avait accusé cette dernière de lui avoir volé son agenda électronique, fait démenti par la sexagénaire. La direction de l’établissement avait prié Ausonius de partir.

>> A lire aussi : Meurtre de Sarah Halimi: La cour d'appel devra trancher sur le mobile antisémite

Mais l’homme, alors en cavale, cherchait à gagner l’Afrique du Sud et l’agenda disparu contenait, semble-t-il, des informations importantes pour l’aider dans sa fuite. Il avait alors lancé un « On se reverra ! » à sa future victime avant de revenir la tuer. Les enquêteurs ne sont toutefois pas parvenus à démontrer le caractère antisémite du meurtre.

Une inspiration pour Anders Breivik

Revenu à Stockholm, « Laser man » avait finalement été arrêté. Auteur de plusieurs braquages de banques, il était obsédé par ses propres origines étrangères. Il a finalement été condamné, en 1995, à de la prison à vie pour avoir tiré sur une dizaine de personnes en 1991 et 1992 avec une arme à visée laser – d’où son surnom.

Ces attaques ciblaient des personnes d’origine étrangère et avaient fait un mort et plusieurs blessés graves. John Ausonius a été cité comme modèle par le Norvégien Anders Breivik, auteur de la tuerie d’Utoya en 2011, lors de son procès.