Crash d'avion en Iran: Sept corps descendus à dos d'homme

PROUESSE L’accident a fait 66 victimes…

20 Minutes avec AFP

— 

Le 19 février 2018, des sauveteurs cherchent l'épave de l'avion iranien.
Le 19 février 2018, des sauveteurs cherchent l'épave de l'avion iranien. — CHINE NOUVELLE/SIPA

Les secours iraniens ont commencé ce mercredi à descendre à dos d’homme sept cadavres retrouvés en montagne dans les débris de l’avion qui s’est écrasé dimanche dans le sud-ouest de l’ Iran, selon des sources officielles.

>> A lire aussi : L'épave d'un avion de ligne iranien disparu localisée

Après plus de deux jours de recherches dans les monts Zagros, les secours ont localisé mardi à environ 4.000 mètres d’altitude la carcasse de l’ATR 72 de la compagnie iranienne Aseman Airlines parti de Téhéran pour la ville de Yasouj.

Des membres de commandos et des services de secours

L’avion avait décollé de Téhéran avec 66 personnes à son bord (60 passagers et six membres d’équipage). Aucun survivant n’a été retrouvé. L’accident, dont les circonstances doivent encore être déterminées, s’est produit pendant une tempête de neige. « A l’heure actuelle, nous avons une tempête de neige et des vents glaciaux sur les hauteurs et la visibilité est très réduite », a déclaré sur la télévision d’État le général Nozar Nemati, commandant en second de l’Armée de Terre iranienne.

>> A lire aussi : L'avion disparu en Iran reste introuvable au deuxième jour de recherches

Le déploiement d’hélicoptères s’étant révélé impossible, « nous avons décidé que les corps qui peuvent être descendus à dos d’homme le soient par des membres de commandos [de l’armée] et des services de secours », a-t-il ajouté.

Certains corps ne sont plus entiers

Une première descente a commencé en début de matinée. Les corps doivent être descendus jusqu’à une route d’où ils seront acheminés par véhicule jusqu’à l’aéroport de Yasouj, à environ 500 km au sud de Téhéran. Interrogé par la télévision, un autre officier a indiqué que sept corps étaient ainsi en train d’être descendus. Mohsen Mehralizadeh, gouverneur de la province d’Ispahan, d’où sont coordonnés une partie des secours a indiqué que 32 corps avaient jusqu’à présent été retrouvés.

Un autre responsable a indiqué que certains corps n’étaient plus entiers, sans en préciser le nombre, mais le directeur des secours pour la province de Kohgilouyhe-Bouyer Ahmad (dont Yasouj est le chef-lieu) a néanmoins déclaré à l’agence Ilna : « La plupart des corps peuvent être identifiés ; seul un petit nombre ne peut pas l’être. »