Non, Poutine n'a pas tenu ces propos sur l'islam et sur l'Arabie Saoudite

FAKE OFF Le président russe n'a pas conditionné la construction d'une mosquée en Russie à la construction d'une église orthodoxe en Arabie Saoudite...

Mathilde Cousin

— 

Poutine n'a pas demandé au roi Salman de construire une église orthodoxe en Arabie Saoudite.
Poutine n'a pas demandé au roi Salman de construire une église orthodoxe en Arabie Saoudite. — Alexei Nikolsky/AP/SIPA
  • Des blogs relaient deux intox mettant en scène Vladimir Poutine.
  • Selon le premier hoax, le président russe aurait accepté la construction d’une mosquée en Russie par l’Arabie Saoudite, à condition qu’une église orthodoxe soit construite dans le royaume saoudien en échange.
  • Le chef d’Etat n’a pas non plus tenu un discours dans lequel il conseille à ceux qui veulent respecter la charia de quitter la Russie.

En octobre, Vladimir Poutine a reçu à Moscou le roi Salman d’Arabie Saoudite. C’était la première fois qu’un monarque de ce pays se rendait en visite en Russie. Cette rencontre diplomatique a redonné de la vigueur à deux intox visant le président russe, l’islam et l’Arabie saoudite. Ces fausses citations circulent sur en France sur les réseaux sociaux et sur des blogs. Elles sont parfois réunies en un seul texte.

Selon le premier hoax, Vladmir Poutine aurait accepté que le roi d’Arabie Saoudite fasse construire une mosquée à Moscou, à la condition qu’une église orthodoxe soit construite à Ryad. Le roi aurait refusé, arguant : « Votre religion n’est pas la vraie et nous ne laissons pas tromper le peuple. » Poutine aurait répliqué : « Je pense la même chose de votre religion, et, cependant, je vous permettrai de construire votre temple s’il y a réciprocité. »

Un faux discours devant le parlement

Le second hoax est présenté comme étant un discours du président devant le parlement russe. Il aurait exhorté les « minorités ethniques » à vivre « en tant que Russes. » « Les traditions et coutumes russes ne sont pas compatibles avec le manque de culture et les formes primitives de la charia et l’islam », aurait ajouté le chef d’Etat.

FAKE OFF

L’échange entre Vladimir Poutine et le roi Salman sur la construction d’une mosquée est inventé. On n’en trouve pas trace dans la déclaration conjointe qui a suivi la rencontre entre les deux chefs d’Etat à Moscou en octobre, ni sur le site du Kremlin.

Ce faux dialogue détourne un véritable échange qui a eu lieu il y a dix ans, en 2008. À l’époque, l’Arabie Saoudite avait proposé à la Russie de construire une mosquée en Russie. Trois groupes orthodoxes avaient répondu dans une lettre ouverte, suggérant de bâtir une mosquée à Moscou uniquement quand une église orthodoxe serait ouverte en Arabie Saoudite.

>> A lire aussi : Un Saoudien s'est-il vraiment marié le même jour avec quatre femmes?

Quant au discours qui aurait été prononcé par Vladimir Poutine devant le parlement fédéral, on n’en trouve aucune trace dans les archives du Kremlin. En 2015, le président russe a bien mentionné les musulmans dans un de ses discours devant le parlement, mais c’était pour appeler au dialogue inter-religieux. « La force de la Russie repose dans le libre développement de ses peuples, dans sa diversité, l’harmonie des cultures, des langues et des traditions, le respect mutuel et le dialogue entre les croyances, y compris les chrétiens, les musulmans, les juifs et les bouddhistes », avait développé le président, avant d’ajouter : « Nous devons résister fermement à toute manifestation d’extrémisme ou de xénophobie, tout en défendant notre harmonie ethnique et religieuse, qui est la fondation historique de notre société et de l’Etat russe. »

Cet extrait de discours fantaisiste tourne au moins depuis 2013 sur internet : Snopes, un site américain de fact-checking, faisait déjà état de cette intox cette année-là.

La photo, pas une preuve

La photo qui accompagne souvent ces deux intox n’est pas une preuve de la véracité des deux histoires : certes, elle montre bien Vladimir Poutine et le roi Salman, mais l’image a été prise en novembre 2015, non pas à Moscou, mais en Turquie, en marge d’un sommet du G20.

>> Vous souhaitez que l’équipe de la rubrique de fact checking Fake off vérifie une info ? Réagissez dans les commentaires ou envoyez un mail à l’adresse contribution@20minutes.fr.

20 Minutes est partenaire de Facebook pour lutter contre les fake news. Grâce à ce dispositif, les utilisateurs du réseau social peuvent signaler une information qui leur paraît fausse.