Un Japonais remporte le droit de garde de 13 enfants nés de mères porteuses en Thaïlande

THAILANDE Les mères porteuses étaient au cœur d’une enquête sur ce Japonais soupçonné d’avoir monté en Thaïlande une « usine à bébés »…

N.Sa avec AFP

— 

Paitoon Haabunmee, une mère porteuse interrogée dans le cadre de l'enquête sur l'«usine à bébés» mise sur pied par un Japonais, le 25 août 2014, à Bangkok, en Thaïlande.
Paitoon Haabunmee, une mère porteuse interrogée dans le cadre de l'enquête sur l'«usine à bébés» mise sur pied par un Japonais, le 25 août 2014, à Bangkok, en Thaïlande. — Sakchai Lalit/AP/SIPA

Un riche Japonais a remporté mardi le droit de garde de 13 enfants nés de mères porteuses en Thaïlande, dernier rebondissement d’un scandale ayant mis en lumière les zones grises du marché des mères porteuses en Thaïlande

« Pour le bonheur des treize enfants nés de mères porteuses (…) le tribunal a décidé qu’ils seraient légalement ceux du plaignant », a annoncé le tribunal pour enfants de Bangkok.
Six mères porteuses s’étaient trouvées au coeur d’une tempête médiatique en 2014 en Thaïlande suite à la découverte, dans un appartement de Bangkok, de leurs bébés nés d’un même père japonais.

Les mères, qui vivaient avec leurs bébés dans cet appartement loué par leur riche client Mitsutoki Shigeta, un Japonais de 24 ans fils aîné d’un milliardaire nippon du monde des télécoms, avaient porté plainte contre l’Etat afin de récupérer leurs enfants, remis aux services sociaux.

Une loi interdit désormais cette pratique pour les étrangers

Le commerce des mères porteuses s'est développé en Thaïlande depuis plusieurs années, grâce à un flou juridique, mais le scandale autour de ces bébés a suscité l’émoi et une loi interdisant cette pratique pour les étrangers.

>> A lire aussi : Thaïlande: Le recours à une mère porteuse interdit pour les étrangers

Outre ces enfants nés de ce même Japonais -lequel n’est pas revenu en Thaïlande pour s’expliquer devant les enquêteurs-, un couple d’Australiens a fait scandale au même moment en abandonnant leur bébé trisomique à sa mère porteuse thaïlandaise.