VIDEO. Scandale Oxfam: L'ancien employé belge trouve «exagérés» les faits qu'on lui reproche

HAÏTI Le Belge Roland van Hauwermeiren assure qu’il n’est « jamais entré dans un bordel, une boîte de nuit ou un bar » en Haïti…

20 Minutes avec agences

— 

Des membres de l'ONG Oxfam en Haïti sont accusés d'avoir engagé de jeunes prostituées lors d'une mission dans le pays en 2011.
Des membres de l'ONG Oxfam en Haïti sont accusés d'avoir engagé de jeunes prostituées lors d'une mission dans le pays en 2011. — Ray Tang/Shutterstock/SIPA

L’ONG Oxfam fait face à un scandale de grande ampleur. Des responsables de l’organisation sont accusés d’avoir organisé des orgies avec de jeunes prostituées en Haïti après le séisme de 2010.

>> A lire aussi : Le gouvernement haïtien va ouvrir une enquête après le scandale Oxfam

Au cœur de la polémique, le Belge Roland van Hauwermeiren. L’ancien directeur de l’association au Tchad et en Haïti a fermement nié ce jeudi toute implication dans cette affaire.

« Je n’ai jamais cédé à leurs avances »

« Je ne suis jamais entré dans un bordel, une boîte de nuit ou un bar » en Haïti, affirme l’homme de 68 ans dans une lettre de quatre pages rendue publique sur le site Web de la télévision privée belge VTM Nieuws.

>> A lire aussi : Oxfam visé par de nouvelles accusations de viol au Soudan du Sud

« Il y a eu de nombreuses tentatives d’hommes et de femmes de pénétrer dans mon domicile avec toutes sortes d’excuses pour demander de l’argent, exiger un emploi ou encore offrir des services sexuels. Mais je n’ai jamais cédé à leurs avances », assure Roland van Hauwermeiren.

Des faits « exagérés »

Il admet toutefois « avoir eu des contacts intimes à trois reprises à [s]on domicile » dans une enquête interne menée par Oxfam. « C’était avec une dame honorable et mature, pas une victime d’un tremblement de terre, ni une prostituée. Et je ne lui ai jamais remis d’argent », explique-t-il, avouant avoir « profondément honte ».

Roland van Hauwermeiren estime que certains faits qui lui sont reprochés ont été « exagérés ». En 2004, ce sexagénaire était visé par une plainte pour abus sexuel alors qu’il travaillait au Liberia pour l’ONG britannique Merlin.