Salvador: Une femme libérée après onze ans de prison pour une fausse couche

JUSTICE Ce pays a la législation anti-avortement parmi les plus strictes du monde...

20 Minutes avec AFP
— 
Une femme emprisonnée au pénitentiaire de Ilopango, au Salavador. Illustration.
Une femme emprisonnée au pénitentiaire de Ilopango, au Salavador. Illustration. — Jose CABEZAS / AFP

Après avoir passé onze ans en prison pour une fausse couche, considérée par la justice salvadorienne comme un homicide, Teodora Vasquez a été libérée ce jeudi.

Condamnée en 2008 à trente ans de prison, Teodora Vasquez avait vu sa peine confirmée en décembre dernier, mais le Tribunal suprême et le ministère de la Justice ont finalement décidé de commuer cette peine, selon son avocat.

Un « homicide aggravé » puni de 30 à 50 ans de prison

Teodora Vasquez, 34 ans, a quitté dans la matinée la prison pour femmes d’Ilopango, à l’est de la capitale San Salvador, et a été reçue par des acclamations et des accolades de sa famille, dont ses parents et son fils de 14 ans, ainsi que des membres d’associations ayant lutté pour sa libération.

>> A lire aussi : Il roue de coups sa compagne enceinte pour la faire avorter

Dans un communiqué, une association plaidant pour la dépénalisation de l’avortement thérapeutique rappelle que la jeune femme a été « emprisonnée 11 ans pour un crime qu’elle n’a pas commis » et souligne que le tribunal suprême a estimé que dans ce dossier « il existe des raisons de justice, d’équité et de caractère juridique qui justifient de lui faire bénéficier de la commutation » de sa peine.

Une grave hémorragie

Teodora Vasquez était enceinte de près de neuf mois quand elle avait appelé les urgences le 14 juillet 2007, des toilettes du collège de San Salvador où elle était employée. N’obtenant pas de réponse, elle avait été victime d’une grave hémorragie et son bébé était mort-né.

Le Code pénal prévoit une peine de deux à huit ans de prison pour les cas d'avortement, mais dans les faits, les juges salvadoriens considèrent l’avortement ou la perte du bébé comme un « homicide aggravé », un délit puni de trente à cinquante ans de réclusion.