VIDEO. Scandale Oxfam: L'International Rescue Committee reconnaît trois cas d'abus sexuels en RDC

SCANDALE Dans les trois cas, « le personnel a été renvoyé et la police saisie », a indiqué mercredi International Rescue Committee (IRC)... 

20 Minutes avec AFP

— 

Rassemblement à Beni (est de la RDC) après un massacre, le 12 mai 2015.
Rassemblement à Beni (est de la RDC) après un massacre, le 12 mai 2015. — KUDRA MALIRO / AFP

Les révélations ne s'arrêtent plus. L’ONG International Rescue Committee a reconnu mercredi avoir elle aussi eu à déplorer trois cas d’abus sexuels en République démocratique du Congo, tout en assurant avoir fait le nécessaire en saisissant la police et en renvoyant le personnel impliqué.

>> A lire aussi : Des responsables de l'ONG Oxfam auraient engagé des prostituées après le séisme de 2010 en Haïti

Le journal britannique The Sun avait rapporté plus tôt que l’IRC, présidée par l’ex-ministre britannique des Affaires étrangères David Miliband mais dont le siège est à New York, avait notamment été citée pour des allégations de fraude et de harcèlement sexuel en République démocratique du Congo.

Une enquête sur 24 cas

Citant un rapport non publié, The Sun a ajouté qu’une unité d’éthique interne à l’organisation avait été envoyée en Afrique pour enquêter sur 24 cas, et en avait découvert 13 autres, incluant des cas de « fraude et de corruption », sans les détailler.

Interrogée, Lucy Keating, en charge des médias à l’IRC, a indiqué que l’ONG avait effectivement confirmé trois cas d’abus sexuels en RDCongo, au sein d’une ONG « appartenant à un consortium emmené par l’IRC », qu’elle n’a pas nommée. Dans les trois cas, « le personnel a été renvoyé et la police saisie », a indiqué par mail Lucy Keating.

Quatre autres allégations « sans fondement »

L’IRC a par ailleurs enquêté sur quatre autres allégations d’abus sexuels en RDC impliquant ses propres employés qui se sont, après enquête, avérées « sans fondement », a-t-elle assuré. Tous les autres cas concernaient non des abus sexuels mais des questions d'« intégrité fiscale », a-t-elle ajouté, en précisant que toutes les enquêtes étaient désormais terminées.

Elle a assuré que l’IRC avait « suivi les bonnes pratiques, en signalant les allégations à ses donateurs, en menant des enquêtes et en fournissant plusieurs rapports à ses donateurs après ces enquêtes ».

Alors que le Sun indiquait que le Department of International Development, le ministère britannnique du développement international, avait coupé ses subventions à l’IRC à la suite de ces allégations, Lucy Keating a souligné que les subventions avaient été rétablies à l’issue des enquêtes.

Un scandale qui prend de l'ampleur

Tout le secteur humanitaire est secoué par le scandale qui a éclaté la semaine dernière chez Oxfam, puissante confédération d’une vingtaine d’ONG présentes dans plus de 90 pays : plusieurs employés y sont accusés de viols au cours de missions humanitaires au Soudan du Sud, d’abus sexuels au Liberia et d’avoir, entre autres, fait appel à des prostituées en Haïti et au Tchad.

L’organisation Médecins sans frontières (MSF) a annoncé mercredi avoir elle aussi été confrontée à 24 cas de harcèlement ou d’abus sexuels en 2017 au sein de son organisation, sans préciser s’il s’agissait de cas en France ou à l’étranger.