Cameroun: L'improbable don d'ordinateurs du président Biya aux étudiants

CLIENTELISME Une opération séduction pour Paul Biya, président du Cameroun depuis 1982...

G. N. avec AFP

— 

Le président du Cameroun Paul Biya a fait «don» de 500.000 ordinateurs aux étudiants du pays.
Le président du Cameroun Paul Biya a fait «don» de 500.000 ordinateurs aux étudiants du pays. — PATRICK KOVARIK / AFP

Paul Biya fête ses 85 ans ce mardi et il a décidé d’être généreux. Le Cameroun a en effet réceptionné un deuxième lot de 100.000 ordinateurs, « dons » du chef de l’Etat, a annoncé lundi le ministre de l’Enseignement supérieur.

L’arrivée du deuxième lot d’ordinateurs porte à 180.000 le nombre d’appareils réceptionnés par le Cameroun. En 2016, Paul Biya, au pouvoir depuis 35 ans, avait promis d’offrir 500.000 ordinateurs aux étudiants des universités d’Etat et privées du Cameroun.

Ces appareils, fabriqués en Chine grâce notamment à un prêt d’une banque chinoise à l’Etat camerounais, sont cependant loin de faire l’unanimité. Alors que le ministre de la Communication et porte-parole du gouvernement, Issa Tchiroma Bakary, avait affirmé qu’un « ordinateur PB » coûtait 100.000 francs CFA (150 euros), le ministre de l’Enseignement supérieur a ainsi précisé que l’appareil revenait à 300.000 francs CFA (450 euros). Le surcoût s’expliquait par le prix d’installation des différents logiciels, notamment.

Une capacité de stockage ridicule

Puis, en réponse aux nombreux étudiants et internautes qui critiquaient le peu de capacité de stockage de ces ordinateurs, 32 gigas, un responsable du ministère de l’Enseignement supérieur avait affirmé, grâce à un raisonnement surprenant, qu’ils pouvaient en fait accueillir plus de données.

« Ces ordinateurs sont dotés de disques SSD qui sont ultra-rapides. Initialement, quand on va voir ça, on va dire que 32 gigas c’est petit. Mais, avec cette technologie (SSD), 32 gigas, ça fait 500 gigas dans l'"ancienne technologie" », avait déclaré en décembre le professeur Roger Atsa Etoundi, directeur des systèmes d’information au ministère de l’Enseignement supérieur. Ces propos improbables ont déclenché un raz-de-marée de blagues potaches sur les réseaux sociaux depuis lors, quant à la signification de la « nouvelle » et de l'« ancienne » technologie.

Enfin, tous ordinateurs portent l’inscription PB, les initiales du président, histoire de rappeler qui est le généreux donateur. Pas forcément inutile alors que des élections générales - dont l’élection présidentielle - sont prévues au Cameroun fin 2018.

Mots-clés :