Pakistan: L'avocate Asma Jahangir, «icône des droits humains», est décédée à 66 ans

DISPARITION Elle avait dédié sa vie à la défense des droits humains et de la démocratie...

20 Minutes avec agences

— 

L'avocate pakistanaise Asma Jahangir, décédée le 11 février 2018.
L'avocate pakistanaise Asma Jahangir, décédée le 11 février 2018. — K.M. Chaudary/AP/SIPA

La célèbre avocate et militante pakistanaise Asma Jahangir a succombé à un arrêt cardiaque à l’âge de 66 ans. Cette femme avait passé sa vie à défendre la démocratie ainsi que les droits humains. Elle avait été Rapporteuse spéciale des Nations unies pour le Conseil des droits de l’homme.

« Malheureusement, nous l’avons perdue », a déclaré sa sœur Hina Jilani. Ce décès a touché jusqu’au sommet de l’État. Shahid Khaqan, le Premier ministre pakistanais, a fait part de son « chagrin » et a salué les « immenses contributions » de cette avocate.

« Les gens parlent des droits des femmes »

Sur les réseaux sociaux, les hommages se sont multipliés. « J’ai le coeur brisé que nous ayons perdu Asma Jahangir, a tweeté la jeune Pakistanaise Malala Yousafzai, prix Nobel de la paix. Le meilleur hommage à lui rendre est de poursuivre son combat pour les droits humains et la démocratie. »

Asma Jahangir avait reçu en 2014 la Légion d’Honneur, plus haute distinction française, pour « son courageux engagement pour la défense des droits humains, pour son appui continu en faveur de l’abolition de la peine de mort et pour sa contribution exceptionnelle au développement d’une culture universelle des droits de l’Homme ». Elle avait reçu la même année le prix Right Livelihood, un « Nobel alternatif ».

Tout au long de son combat, elle avait subi des menaces de mort, des coups et emprisonnements dans des affaires de défense des droits humains et elle avait tenu tête à des dictateurs. « Les droits des femmes étaient considérés comme un concept occidental », avait-elle déclaré. « Maintenant les gens parlent des droits des femmes, les partis politiques en parlent, même les partis religieux en parlent ».