VIDEO. Haïti: Des responsables de l'ONG Oxfam auraient engagé des prostituées après le séisme de 2010

ENQUETE Selon une enquête du «Times» publiée ce vendredi, des groupes de jeunes prostituées étaient invitées dans des maisons et des hôtels payés par Oxfam...

20 Minutes avec AFP

— 

Le gouvernement britannique va rencontrer lundi 12 février 2018 des responsables d'Oxfam, dans la tourmente depuis la publication d'un article du «Times» révélant un scandale sexuel avec de jeunes prostituées à Haïti en 2011.
Le gouvernement britannique va rencontrer lundi 12 février 2018 des responsables d'Oxfam, dans la tourmente depuis la publication d'un article du «Times» révélant un scandale sexuel avec de jeunes prostituées à Haïti en 2011. — AFP

La secrétaire d’Etat britannique du Développement international, Penny Mordaunt, a annoncé qu’elle s’entretiendrait lundi avec des responsables d'Oxfam. Une ONG dans la tourmente depuis la publication d’informations selon lesquelles des responsables ont engagé de jeunes prostituées à Haïti en 2011, au cours d’une mission consécutive au séisme qui avait ravagé le pays en 2010.

>> VIDEO. Inégalités dans le monde : Les chiffres chocs d'Oxfam

« Je leur donne l’occasion de me dire en personne ce qu’ils ont fait après ces événements et je vais voir s’ils démontrent les qualités morales dont je pense qu’ils ont besoin, a déclaré dimanche Penny Mordaunt, interrogée par la BBC​. S’ils ne transmettent pas toutes les informations (qu’ils détiennent sur l’affaire), je ne travaillerai plus avec eux. »

Quatre employés ont été licenciés et trois autres ont démissionné

Selon une enquête du Times publiée vendredi, des groupes de jeunes prostituées étaient invitées dans des maisons et des hôtels payés par Oxfam. Une source citée par le quotidien assure même avoir vu une vidéo d’une orgie avec des prostituées portant des tee-shirts d’Oxfam.

Oxfam, confédération d’organisations humanitaires basée en Grande-Bretagne, a assuré avoir lancé immédiatement, en 2011, une enquête interne. Quatre employés ont été licenciés et trois autres ont démissionné avant la fin de cette enquête, a assuré Oxfam.

« Nous avons honte de ce qui s’est passé. Nous nous excusons sans réserve. »

Reste que selon la ministre, Oxfam « a pris la mauvaise décision » en omettant de transmettre en détail la nature des accusations visant ses employés aux autorités et à la Commission caritative, institution britannique qui contrôle les organisations humanitaires.

De son côté, dans un communiqué diffusé dimanche, la nouvelle présidente du conseil d’administration d’Oxfam, Caroline Thomson, a annoncé un ensemble de mesures visant à renforcer la prévention et le traitement des affaires d’abus sexuels. Et de conclure : « Nous avons honte de ce qui s’est passé. Nous nous excusons sans réserve. »