Agressions sexuelles: L'Etat de New York assigne en justice le studio Weinstein pour avoir mis en danger ses employés

JUSTICE Le studio est accusé de ne pas avoir protégé ses employés face au harcèlement sexuel et aux intimidations du tout puissant-producteur de cinéma...

20 Minutes avec AFP
— 
Le producteur Harvey Weinstein
Le producteur Harvey Weinstein — John Carucci/AP/SIPA

Rebondissement judiciaire dans l'affaire Weinstein. Le studio Weinstein  a été  assigné en justice pour ne pas avoir protégé ses employés face au harcèlement sexuel et aux intimidations du tout puissant-producteur de cinéma.

>> A lire aussi : Salma Hayek regrette de ne pas avoir dénoncé Harvey Weinstein plus tôt

Le procureur de l'Etat de New York a annoncé dimanche avoir assigné en justice le studio fondé par Harvey Weinstein et son frère Robert, quatre mois après le début de l'affaire Weinstein, qui a vu le célèbre producteur accusé par une centaine de femmes de harcèlement, agressions et viols. Plusieurs de ses victimes présumées l'ont déjà attaqué au civil, ainsi que sa société, mais le producteur déchu ne fait jusqu'à présent l'objet d'aucune inculpation.

Violations des droits de l'homme

Par cette assignation qui vise The Weinstein Company ainsi que Harvey et Robert Weinstein, le procureur les accuse de violations des droits de l'homme, des droits individuels, et du droit du travail. «The Weinstein Company a violé à plusieurs reprises le droit new-yorkais en ne protégeant pas ses employés d'un harcèlement sexuel invasif, des intimidations et de la discrimination», a déclaré Eric Schneiderman, cité dans un communiqué.

>> A lire aussi : Trois plaintes pour agressions sexuelles transmises au procureur de Los Angeles

Alors que des discussions sont en cours pour le rachat du studio, «toute vente de (la société) devra s'assurer que les victimes seront dédommagées, que les employés seront protégés à l'avenir, et que ni les coupables directs ni ceux qui les ont aidés ne s'enrichiront injustement».

Cette action est le résultat de quatre mois d'enquête, au cours de laquelle des employés, des cadres et des victimes de Harvey Weinstein ont été interrogés, et les archives et mails de la société passés au peigne fin, a précisé le procureur.