De la friture sur la ligne

A. Le G. - ©2008 20 minutes

— 

Fâchée, elle l'était. Angela Merkel, la chancelière allemande, n'a pas apprécié l'idée d'une Union méditérranéenne n'incluant pas l'ensemble des 27. Annoncée avant même qu'elle ne soit proposée aux partenaires européens, l'idée française sera finalement remisée au profit du processus de Barcelone.

Le couple franco-allemand a tangué mais n'a pas coulé. Chercheur au Ceri et auteur de Berlin et le monde (Ed. Autrement), Anne-Marie Le Gloannec rappelle que « de 1995 à 2002, les relations étaient franchement mauvaises ». Bien plus qu'aujourd'hui. Il y a en outre au crédit de Sarkozy de belles réussites, comme le traité de Lisbonne. Le problème, c'est le style. « Quand il arrive à Berlin, on ne sait jamais quelle surprise il va sortir de son chapeau », pointe Stephan Simons, correspondant de Der Spiegel à Paris.