Etats-Unis: Les employés d'une crèche épilent les sourcils des enfants à la cire

ENFANCE Après que les employés ont épilé cette fillette et ce petit garçon, la directrice a préféré rire de l’affaire, affirment les mères des enfants sur les réseaux sociaux…

20 Minutes avec agence
— 
Illustration d'une crèche.
Illustration d'une crèche. — Elisa Riberry / 20 Minutes

Alyssa Salgado et Glenda Maria Cruz ont eu une drôle de surprise. Elles ont découvert que leurs enfants respectifs, confiés à une crèche de Pasco ( Etats-Unis), avaient eu les sourcils épilés à la cire par des membres de l’établissement, le 1er février dernier.

Après ce qui est arrivé à la petite Lilayiah, 2 ans, et à un petit garçon d’un an et demi, les mères se disent choquées.

Les enfants retirés de la crèche

Elles ont retiré toutes les deux leur enfant de la garderie du campus du collège Columbia Basin où elles les conduisaient pourtant tous les jours de la semaine, indique le média local KEPR. Les autorités de l’Etat de Washington, où se trouve l’établissement, ont diligenté une enquête qui ne devrait pas se prolonger au-delà de trente jours. Les deux femmes attendent des réponses, d’autant que les premières réactions du personnel de la crèche sont loin de les avoir satisfaites.

>> A lire aussi : VIDEO. Etats-Unis: Deux nounous arrêtées pour avoir organisé des combats d'enfants

« Quand nous sommes allés demander des explications, tout ce que la responsable a trouvé à me répondre, c’est qu’elle avait parlé aux employés et qu’ils avaient tous dit ne rien avoir fait. Ensuite, avec un sourire, elle m’a demandé ce que j’attendais d’elle et que personne ne m’avait obligée à confier mon fils à la crèche de Columbia Basin », a raconté Glenda Maria Cruz sur sa page Facebook.

« Une série de mensonges »

La directrice a présenté par texto à l’autre mère de famille de multiples explications pour tenter de justifier l’incident. Mais quand Alyssa Salgado a amené sa fille à la responsable, celle-ci lui « a ri au nez ». Elle « m’a raconté toute une série de mensonges et m’a énervée », affirme l’intéressée sur le réseau social.

>> A lire aussi : Les drôles de sourcils d’une supportrice de Trump supplantent le débat sur l’Obamacare

L’Américaine a « imaginé sa fille appeler sa mère à l’aide » et estime ne pas avoir été là pour la protéger ». « J’en suis arrivée à penser que je suis une mauvaise mère car je ne peux pas protéger (mon fils) quand il en a besoin », a quant à elle regretté Glenda Maria Cruz.

Du côté de la direction de l’établissement, on a finalement fait savoir qu’on « prenait ces accusations au sérieux » et « assisterait les enquêteurs ».