Etats-Unis: Une démocrate bat un record avec un discours de 8 heures

POLITIQUE Nancy Pelosi a tenu le pupitre pour défendre les jeunes sans-papiers...

P.B. avec AFP

— 

La démocrate Nancy Pelosi répond aux journalistes après son discours marathon de plus de 8 heures, le 7 février 2018.
La démocrate Nancy Pelosi répond aux journalistes après son discours marathon de plus de 8 heures, le 7 février 2018. — Pablo Martinez Monsivais/AP/SIPA

A 77 ans, en talons et sans une seule pause pipi : avec un discours de huit heures et sept minutes, Nancy Pelosi a battu un record de la Chambre des représentants, mercredi. Reste à voir si l’effort de la cheffe de la minorité démocrate de la Chambre des représentants pour défendre les jeunes sans-papiers (« Dreamers ») aura un impact sur le bras de fer actuel pour les régulariser.

La leader de l’opposition a pris le micro à 10h04 du matin et ne l’a relâché qu’à 18h11, sous les applaudissements, restant debout en permanence, sans s’interrompre, et sans autre secours que d’occasionnels verres d’eau.

Plus de 24 heures au Sénat

Le record précédent, selon l’historien de la chambre basse du Congrès, appartenait à un élu ayant prononcé un discours de cinq heures et 15 minutes en 1909. La procédure de la Chambre l’autorisait, en tant que chef de l’opposition, à s’exprimer aussi longtemps qu’elle le souhaitait… ou pouvait. A l’inverse du Sénat, où le droit de parole infini est accordé à chacun des 100 sénateurs, et où le record est de plus de 24 heures.

« Nos Dreamers sont dans l’incertitude, un nuage cruel de peur planant au-dessus d’eux », a-t-elle lancé. « La lâcheté morale des républicains doit prendre fin ». « Je n’ai aucune intention de finir », a-t-elle aussi dit, après près de six heures de marathon.

Trump veut son mur contre une régularisation

La parlementaire de Californie a passé plusieurs heures à lire des lettres et témoignages de jeunes clandestins qui attendent du Congrès une régularisation. Elle protestait contre l’absence, dans un accord budgétaire dévoilé plus tôt au Sénat, de toute mesure réglant la situation de ces centaines de milliers de sans-papiers jeunes, protégés par le programme Daca, supprimé par Donald Trump.

Le président américain a proposé un compromis pour régulariser 1,8 million de Dreamers si les démocrates donnent leur accord pour construire un mur à la frontière mexicaine et faire baisser l’immigration légale en s’attaquant au rapprochement familial.