Allemagne: Angela Merkel prête à des «compromis douloureux» pour un gouvernement

TRACTATIONS Un échec plongerait le pays dans une grave crise politique…

20 Minutes avec AFP

— 

La chancelière allemande Angela Merkel est au pied du mur.
La chancelière allemande Angela Merkel est au pied du mur. — Odd ANDERSEN / AFP

Le temps presse pour Angela Merkel qui s’est dite prête ce mardi à des « compromis douloureux » pour arracher un accord de coalition en Allemagne avec les sociaux-démocrates, au dernier jour de négociations censées sortir la première économie européenne de l’impasse politique.

>> A lire aussi : Allemagne: Comment Angela Merkel est affaiblie par les négociations

Des désaccords subsistent et « chacun d’entre nous va devoir accepter des compromis douloureux », a déclaré la chancelière conservatrice à son arrivée à Berlin.

Il en va de « l’intérêt supérieur du pays »

« J’y suis prête si nous pouvons garantir que les avantages au final seront supérieurs aux inconvénients », a-t-elle ajouté, soulignant qu’il en allait de « l’intérêt supérieur du pays ». Cette fois plus d’atermoiement possible. Après des semaines de valse-hésitation, de multiples reports ces derniers jours, démocrates-chrétiens d’Angela Merkel (CDU/CSU) et sociaux-démocrates du SPD doivent trancher : ils se sont fixés la fin de journée comme limite. Les discussions pourraient durer jusque tard dans la nuit.

>> A lire aussi : Angela Merkel dénonce l'inadmissible montée de l'antisémitisme en Allemagne

« Je pense que c’est aujourd’hui que ça va se décider » si les deux camps « peuvent s’entendre », a déclaré de son côté le président du SPD, Martin Schulz. Un proche d’Angela Merkel n’a pas exclu un échec, qui plongerait le pays dans une crise politique aussi grave qu’inédite dans l’histoire d’après-guerre. « Il n’est pas certain que nous y arrivions », a déclaré Volker Bouffier. « Je n’exclus rien », a-t-il ajouté.

Un quatrième mandat en ligne de mire

L’imbroglio post-électoral dure depuis plus de quatre mois et a déjà affaibli la stature d’Angela Merkel, sur le plan intérieur comme extérieur. Les élections législatives de septembre, marquées par un repli des partis traditionnels et une percée de l’extrême droite, n’ont pas permis de dégager une majorité claire à la chambre des députés.

>> A lire aussi : VIDEO. Suisse: Emmanuel Macron et Angela Merkel en vedette du ghota de l’économie mondiale à Davos ce mercredi

Après un premier échec pour former une coalition hétéroclite avec les libéraux et les écologistes en novembre, Angela Merkel est réduite à expédier les affaires courantes depuis octobre. Elle doit à présent s’entendre avec les sociaux-démocrates pour espérer un quatrième mandat durable.