Un protocole britannique très précis

Sa. C.

— 

Le Royaume-Uni a déroulé mercredi le tapis rouge pour Nicolas Sarkozy et son épouse Carla, qui ont entamé en fin de matinée une visite d'Etat de deux jours avec l'espoir affiché de lancer une "nouvelle fraternité franco-britannique".
Le Royaume-Uni a déroulé mercredi le tapis rouge pour Nicolas Sarkozy et son épouse Carla, qui ont entamé en fin de matinée une visite d'Etat de deux jours avec l'espoir affiché de lancer une "nouvelle fraternité franco-britannique". — Darren Staples AFP/pool

Nicolas Sarkozy effectue à partir de mercredi une visite d'Etat de deux jours en Grande-Bretagne, douze ans après celle de Jacques Chirac en 1996.

Ne pas toucher la reine

Conformément au très strict protocole britannique, le chef de l'Etat français et son épouse Carla Bruni Sarkozy seront accueillis à la mi-journée au château de Windsor, à l'ouest de Londres, par la reine Elizabeth II et le duc d'Edimbourg, qui leur offriront un déjeuner. Une réception durant laquelle il ne faudra pas commettre d’impair.

Le protocole de la couronne britannique, très précis, veut que l’on ne touche pas la reine. Un principe oublié par Jacques Chirac qui, lorsqu’il la reçoit en avril 2004, l'effleure à plusieurs reprises pour la guider et suscite un tollé dans la presse britannique le lendemain. Pire, Jacques Chirac avait accueilli la reine et le prince Philip sur la place de la Concorde, où, deux siècles plus tôt, Louis XVI et Marie-Antoinette avaient été décapités. Autant dire qu’en se déplaçant à Windsor, Nicolas Sarkozy prend moins de risque.

Chambre à part

Autre impératif de l’étiquette, c’est la reine qui s’adresse à ses convives, ces derniers ont juste le droit de lui répondre. Pour rejoindre le château de Windsor, où il déjeunera, le couple présidentiel devra faire le trajet en carrosse, mais séparément: un premier emportera la reine et Nicolas Sarkozy tandis que Carla Bruni et le prince Philip suivront. Pour la réception du soir, Nicolas Sarkozy ouvrira une procession aux côtés de la reine, en queue de pie.

Seule consolation pour le couple présidentiel, qui devra suivre à la lettre ce protocole strict: il pourra loger dans la même chambre. «Lorsque la visite a été planifiée, Nicolas Sarkozy et Carla Bruni devaient dormir dans des chambres séparées, bien que leur relation soit publique, parce qu’ils n’étaient pas mariés», explique «The Independant», mercredi matin. Et le journal d’ironiser: «Le mariage a eu lieu le mois dernier. Quel soulagement.»